Philippines : le typhon Maysak vu de l'espace

  • A
  • A
Philippines : le typhon Maysak vu de l'espace
@ ESA/NASA/SAMANTHA CRISTOFORETTI
Partagez sur :

Cette tempête extrêmement violente a frappé la Micronésie et se dirige vers les Philippines. Vu de la Station spatiale internationale, le phénomène est aussi effrayant que fascinant.

Ce typhon mortel a déjà fait cinq victimes en Micronésie et se dirige mercredi vers les côtes des Philippines. Depuis trois jours, des vents soufflants jusqu'à 260km/h balayent les petits Etats du Pacifique. Depuis la Station spatiale internationale, l'astronaute italienne Samantha Cristoforetti a pris des clichés à couper le souffle de ce super-typhon extrêmement violent.

Typhon Maysak

© ESA/NASA/SAMANTHA CRISTOFORETTI


En Micronésie, de gros dégâts ont été subis par "les écoles, les installations sanitaires, les services publics, les logements privés", a ajouté le président des Etats fédérés de Micronésie qui compte environ 600 îles. Il a également expliqué que plusieurs bateaux avaient coulé. Maysak s'est formé deux semaines après le puissant cyclone Pam qui a dévasté le 13 mars le Vanuatu, un petit archipel du Pacifique sud, faisant 11 morts. 

Typhon Maysak

© ESA/NASA/SAMANTHA CRISTOFORETTI


Maysak a atteint la catégorie 5 de l'échelle de Saffir-Simpson, le maximum possible. Les Philippines craignent désormais les conséquences de cette tempête, alors que le pays ne s'est toujours pas remis du super-typhon Hayan, qui a tué 7.350 personnes en novembre 2013. Selon les météorologistes, Maysak devrait perdre de sa force avant d'atteindre les côtes philippines ce week-end.

Typhon Maysak

© ESA/NASA/SAMANTHA CRISTOFORETTI


Selon Jeff Masters, météorologiste au Weather Underground interrogé par le site américain Mashable, Maysak est le troisième super-typhon de cette région du Pacifique depuis le début de l'année. 2015 serait donc une année record pour le nombre de tempêtes de cette violence. La saison des typhons s'arrête généralement au mois d'octobre.

Typhon Maysak

© ESA/NASA/SAMANTHA CRISTOFORETTI