Les gouvernements demandent toujours plus de données à Google

  • A
  • A
Les gouvernements demandent toujours plus de données à Google
Les Etats-Unis, l'Allemagne et la France sont les nations qui réclament le plus de données sur les utilisateurs de Google.@ AFP
Partagez sur :

Le gouvernement américain est celui qui demande le plus d'informations à Google sur ses utilisateurs. La France est troisième.

Le nombre de demandes d'informations sur les utilisateurs de Google par des gouvernements a atteint un nouveau record lors du premier semestre 2016 et augmenté de 10% par rapport aux six derniers mois de 2015, a annoncé mercredi le géant américain.

Près de 45.000 demandes en six mois. Dans son rapport sur la transparence des informations, que la firme publie depuis 2011, Google a expliqué qu'il s'agissait de la quatrième hausse consécutive. Dans les six premiers mois de 2016, les gouvernements à travers le monde ont fait 44.943 demandes liées à 76.713 comptes d'utilisateurs et Google a fourni au moins une partie des données réclamées pour 64% des demandes.

Un cadre juridique. Comme les autres géants du web, Google a souligné que le partage des données se faisait suivant un processus juridique dans les pays où l'entreprise exerce ses activités, tout en cherchant à maintenir la confidentialité de ses utilisateurs. "Comme nous l'avons fait remarquer par le passé, lorsque nous recevons une demande sur un compte d'utilisateur, nous la passons en revue minutieusement et ne fournissons des informations que dans le cadre et sous l'autorité de la demande", a expliqué le directeur juridique de Google, Richard Salgado.

4.300 demandes pour la France. Les États-Unis ont représenté la plus grande part des requêtes gouvernementales au premier semestre 2016, avec 14.169 demandes, satisfaites dans 79% des cas, suivis de l'Allemagne (8.788), la France (4.300), l'Inde (3.452) et le Royaume-Uni (3.302). Google a indiqué avoir reçu en 2016 ses premières demandes de la part de l'Algérie, de la Biélorussie, des Iles Caïmans, du Salvador, des Fidji et de l'Arabie saoudite, mais a affirmé n'avoir fourni aucune information pour toutes ces requêtes.