Charlie Hebdo : le monde entier condamne l'attentat

  • A
  • A
Charlie Hebdo : le monde entier condamne l'attentat
@ AFP
Partagez sur :

RÉACTIONS - Des voix se sont élevée dans le monde entier pour dénoncer l'attaque contre Charlie Hebdo. 

Le carnage qui s'est déroulé mercredi matin à Charlie Hebdo a suscité une vague d'indignation internationale. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni mais aussi les instances européennes ont exprimé toute leur solidarité après cet attentat particulièrement sanglant. Angela Merkel, la chancelière allemande, ainsi que David Cameron, le Premier ministre britannique, ont appelé François Hollande pour lui faire par de leur solidarité.

>> DOSSIER SPÉCIAL - Les dernières infos sur l'attentat de Charlie Hebdo

La solidarité d'Obama. "Je condamne fermement la fusillade terrifiante" à Charlie Hebdo, a déclaré le président américain. "Nos pensées et nos prières vont aux victimes [...] et au peuple français", souligne Barack Obama, qui a ajouté avoir offert l'aide des Etats-Unis pour que les "terroristes" responsables soient traduits en justice. "La France, et la merveilleuse ville de Paris où cette attaque scandaleuse a eu lieu, sont pour le monde une référence intemporelle qui demeurera bien au-delà de la vision haineuse de ces tueurs", écrit-il encore dans un communiqué.

John Kerry en français. Aux Etats-Unis, Barack Obama n'est pas le seul à avoir réagi : son secrétaire d'Etat, John Kerry, a adressé un message de solidarité en français dans lequel il s'adresse "directement aux Parisiens et à tous les Français pour leur dire que tous les Américains se tiennent à leurs côtés". 

>> LIRE AUSSI - Kerry aux Français : "les Américains se tiennent à vos côtés"

Le sénateur démocrate Dick Durbin, s'est par ailleurs exprimé dans l'hémicycle en français, pour affirmer : "nous sommes tous Français".

Ban Ki-moon "consterné". Le secrétaire général de l'ONU s'est dit "consterné". "Cette attaque vise à diviser, nous ne devons pas tomber dans ce piège", a-t-il plaidé, en français, au siège de l'ONU. De son côté, le Conseil de sécurité des Nations unes a dénoncé cette "attaque terroriste barbare et lâche". Ses quinze pays membres "condamnent fermement cet acte terroriste intolérable ayant pris pour cible des journalistes et un journal", dans une déclaration unanime adoptée à l'initiative de la France.

Poutine dénonce le terrorisme "sous toutes ses formes". Vladimir Poutine, le président russe, a de son côté "condamné fermement le terrorisme sous toutes ses formes" après l'attentat contre Charlie Hebdo. D'après son porte-parole, le président russe a par ailleurs présenté ses condoléances aux Français.

>> LIRE AUSSI - Charlie Hebdo : l'effroyable attentat

Le dégoût de Cameron et les condoléances de la reine. "Les meurtres commis à Paris sont révoltants. Nous nous tenons aux côtés du peuple français dans le combat contre le terrorisme et pour la défense de la liberté de la presse", a déclaré le Premier ministre britannique David Cameron sur son compte Twitter. "Je suis sûr que toute la chambre (des Communes) voudra se joindre à moi pour condamner cette attaque barbare ce matin dans les bureaux d'un magazine à Paris", a-t-il déclaré en ouvrant la session du parlement britannique.



Quant à la reine Elizabeth II, elle a adressé ses "sincères condoléances aux familles de ceux qui ont été tués et [...] blessés dans l'attaque de ce matin à Paris".

Le communiqué de la reine :



Merkel "bouleversée". La chancelière allemande, en visite au Royaume-Uni, a condamné un "attentat abominable". "Cet acte horrible est non seulement une agression contre la vie des citoyennes et des citoyens français", mais "aussi une attaque que rien ne peut justifier contre la liberté de la presse et d'opinion, un fondement de notre culture libre et démocratique", a affirmé la chancelière dans un communiqué.

>> LIRE AUSSI - Les témoignages : "C'est un vrai carnage"

"On est tous Français", pour Renzi. Matteo Renzi, le chef du gouvernement italien, s'est rendu à l'ambassade de France à Rome, où il a déclaré en français : "on est tous Français parce que nous pensons que la liberté est la seule raison d'être de l'Europe et des citoyens européens". 

L'Espagne pour la liberté de la presse. Le gouvernement espagnol a publié un communiqué pour condamner l'attaquer. "Le gouvernement, au nom du peuple espagnol, exprime sa condamnation la plus ferme" de cette attaque. L'Espagne "défend aujourd'hui avec plus de force que jamais la liberté de la presse comme un droit fondamental et irrévocable", ajoute le texte.

Une "barbarie" pour Jean-Claude Juncker. Le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker condamne de son côté "un acte intolérable, une barbarie qui nous interpelle tous en tant qu'être humains et Européens".

>> LIRE AUSSI - Charles Hebdo, cible récurrente d'attaques

Les condoléances de la Turquie. Recep Tayyip Erdogan, le président islamo-conservateur turc, a présenté les condoléances de la Turquie à la France, "notre amie et notre alliée en ce jour de tristesse" et dit espérer "que les auteurs de l'attaque seront capturés et présentés à la justice aussi vite que possible". Son Premier ministre, Ahmet Davutoglu, a de son côté affirmé qu'"aucun lien ne peut être établi entre cette attaque et l'islam".