Le vol MH17 aurait été abattu "par erreur"

  • A
  • A
Le vol MH17 aurait été abattu "par erreur"
L'avion de Malaysia Airlines a peut-être été abattu "par erreur".@ REUTERS
Partagez sur :

SCENARIO - D'après de hauts responsables américains, l'avion de Malaysia Airlines aurait été abattu "par erreur", par des séparatistes prorusses mal entraînés.

Il s'agit, selon de hauts responsables des services de renseignement américains, de "l'explication la plus plausible". Le vol MH17 de Malaysia Airlines, qui transportait 298 personnes, a peut-être été abattu "par erreur", au-dessus de l'est de l'Ukraine, par des séparatistes prorusses mal entraînés. 

Qui a "appuyé sur le bouton" ? Seule certitude : le système utilisé, une batterie de missiles sol-air de fabrication russe Bouk, demande en effet un certain savoir-faire et de l'entraînement, a indiqué mardi un haut responsable du renseignement américain, sous couvert d'anonymat. En revanche, même si le missile a été tiré d'une zone contrôlée par les rebelles, il est pour l'heure impossible de dire qui "a appuyé sur le bouton" et pourquoi.

>> LIRE AUSSI - Crash du vol MH17 : une enquête hors-norme

Des précédents historiques. Ces responsables ont souligné que ce type d'erreur, bien que rare, s'est déjà produit par le passé. En 1983, un chasseur soviétique avait abattu un avion de ligne coréen et cinq ans plus tard c'est un navire de guerre américain qui a abattu un Airbus iranien. Ces responsables ont souligné par ailleurs que les services de renseignement américains n'étaient pas en mesure de dire si des Russes étaient présents sur la batterie au moment du tir ou non. Les services n'ont pas non plus de preuves que les Russes aient formé les séparatistes à l'usage du Bouk, un système anti-aérien relativement moderne et sophistiqué.

Crash malaysia airlines MH17 débris avion REUTERS

© REUTERS

>> LIRE AUSSI - L'ONU exige un accès libre au site du crash

La version des Russes "ne tient pas la route". Ces responsables ont également affirmé que l'explication des Russes de la catastrophe, qui suggère fortement la responsabilité de l'Ukraine, "ne tient pas la route". C'est une des raisons justifiant l'organisation de ce point de presse, a reconnu un des responsables présents, visiblement agacé par la "désinformation" pratiquée selon lui par les autorités russes et les médias d'Etat. Les soldats ukrainiens auraient dû reprendre le terrain aux rebelles pour y installer la batterie anti-aérienne, tirer le missile et ensuite repartir. Et qui plus est, le gouvernement ukrainien aurait ensuite dû manipuler des séparatistes de sorte qu'ils revendiquent avoir abattu l'avion. "Ce scénario ne tient pas la route", a-t-il souligné.

>> LIRE AUSSI - Scène surréaliste pour récupérer les boîtes noires