Le ravisseur de Jaycee évoque une "relation attendrissante"

  • A
  • A
Le ravisseur de Jaycee évoque une "relation attendrissante"
Partagez sur :

Philipp Garrido affirme notamment que les deux filles qu’il a eues avec sa prisonnière "s'endormaient dans (s)es bras tous les soirs".

Ni honte, ni remords. Le ravisseur de Jaycee Dugard,enlevée à l’âge de 11 ans et séquestrée pendant 18 ans jusqu’à sa libération par les policiers mercredi, assume totalement son acte, si terrible soit-il. "Je vais vous étonner", lâche Philipp Garrido dans une interview donnée par téléphone après son arrestation à la chaîne de télévision locale KCRA, qui l'a diffusée vendredi matin. "Si vous décortiquez toute notre histoire, vous allez tomber à la renverse et vous allez voir que notre relation est des plus attendrissantes".

Un témoignage surréaliste, qui en outre ne s’arrête pas là. L’homme, âgé de 58 ans, et qui a eu pour complice sa femme Nancy, 54 ans, évoque également les deux fillettes qu’il a eues avec sa prisonnière. "J'avais ces deux petites filles, elles s'endormaient dans mes bras tous les soirs depuis leur naissance. Je ne les ai jamais embrassées, il faut y aller lentement", ose-t-il. "Ces dernières années, j'ai totalement changé ma vie. C'est ça qui m'a occupé." Selon le quotidien local Sacramento Bee, les deux fillettes seraient âgées de 15 et 11 ans, ce qui signifie que leur mère aurait eu l'aînée à 14 ans.

Selon les premiers éléments de l'enquête, Phillip Garrido aurait séquestrée Jaycee Dugard à l'arrière de sa maison, située à Antioch, à 70 km à l'est de San Francisco, où il avait installé des abris, des tentes et des petites constructions. D'après Fred Kollar, le shérif adjoint du comté d'El Dorado où a été kidnappée la jeune fille, "aucun des deux enfants n'a été à l'école ou chez le médecin. Tous ont été maintenus en isolement total".

Philipp Garrido et sa femme ont été inculpés pour "enlèvement, agression sexuelle, séquestration, actes obscènes et lubriques sur enfant". "Ces accusations seront formalisées dans la journée à la Cour supérieure d'El Dorado", selon le lieutenant Les Lovell, du département du shérif d'El Dorado. Le couple risque la peine de mort.