Le président argentin, qui avait traité Trump de "cinglé", le félicite pour son élection

  • A
  • A
Le président argentin, qui avait traité Trump de "cinglé", le félicite pour son élection
Le président argentin Mauricio Macri espère rencontrer Trump au prochain G20 de 2018@ Juan MABROMATA / AFP
Partagez sur :

Après l'avoir traité de "cinglé", le président argentin a eu une conversation téléphonique avec Donald Trump pour se rappeler leur "relation personnelle historique".

Le président argentin Mauricio Macri, qui avait traité Donald Trump de "cinglé", se félicite désormais de travailler avec le nouveau président des États-Unis et prévoit une embellie des relations entre les deux pays, rapporte lundi la présidence argentine.

Une conversation de 15 minutes pour renouer des liens. Le président argentin de centre-droit avait clairement fait part de sa préférence pour la candidate démocrate Hillary Clinton durant la campagne présidentielle américaine. Mais Donald Trump et Mauricio Macri ont eu lundi "une conversation de 15 minutes. Ils se sont remémoré leur relation personnelle historique et se sont engagés à établir un agenda commun pour la croissance des deux pays", selon un communiqué diffusé par la présidence argentine. Le qualificatif de "cinglé" remonte à 2015, pendant la campagne électorale argentine.

De partenaire de golf à "totalement cinglé". Mauricio Macri avait raconté avoir été envoyé à New York par son père, le milliardaire Franco Macri, pour "signer un contrat de 600 millions de dollars". "J'avais 24 ans, et j'ai dû négocier avec ce type qui est aujourd'hui candidat à la présidence, totalement cinglé", avait-il déclaré à la chaîne de télévision TN. Tous les deux chefs d'entreprises, Trump et Macri ont fait des affaires ensemble, joué au golf, fait remarquer la presse argentine.

Trump avait soutenu Macri. Dix ans plus tôt, en 2005, dans un entretien à TyC Sports, Mauricio Macri avait décrit Donald Trump comme un ami. "Quand je vais à New York, je lui rends visite, je vais manger avec lui et sa femme", disait-il. Trump avait à l'époque apporté son soutien à Macri, qui briguait la mairie de Buenos Aires, le qualifiant de "gars fantastique". Selon le communiqué diffusé lundi, Macri a dit à Trump qu'il espérait le recevoir en 2018 à l'occasion d'un sommet du G20 prévu dans la capitale argentine.