Le président allemand, cet illustre inconnu

  • A
  • A
Le président allemand, cet illustre inconnu
Joachim Gauck@ REUTERS
Partagez sur :

PORTRAIT - Outre-Rhin, la vie et la personnalité de Joachim Gauck ont fait de lui un "président des coeurs".

L'INFO - Qui connaît Joachim Gauck ? De ce côté du Rhin, le président allemand, dont la fonction est avant tout honorifique, reste un illustre inconnu. Mais en Allemagne, cet ancien pasteur de RDA de 73 ans à la chevelure argentée a conquis ses compatriotes. Alors qu'il est attendu mercredi à Oradour-sur-Glane, où il demandera pardon pour les fautes de l'Allemagne nazi, Europe1.fr dresse son portrait.

Son histoire fait écho à celle de l'Allemagne. Né en janvier 1940 à Rostock, un port sur la Baltique, il a connu le IIIème Reich. Comme dans beaucoup de familles allemandes après guerre, les parents du jeune Gauck gardaient le silence sur le régime d'Hitler et ses atrocités. Suivra l'occupation soviétique et ce soir de l'année 1951 où son père, un ex-capitaine de l'armée du Reich et ancien membre du parti national-socialiste, est emmené dans un goulag en Sibérie. Accusé d'espionnage, il y restera cinq années. Avec cette arrestation serait née la conscience politique du jeune Gauck.

> A lire : Oradour, un symbole pour Hollande

"Prisonnier" de l'"Etat-cachot". Aîné d'une famille de quatre enfants, Joachim Gauck, qui n'appartint pas au mouvement de jeunesse officielle de la RDA, ne put étudier comme il le voulait la littérature allemande et la philosophie à cause de sa réputation d'anti-communiste. Il devint alors pasteur, comme l'était le père d'Angela Merkel, ce qui lui offrit une certaine liberté à l'intérieur de l'Eglise luthérienne, malgré la surveillance du régime communiste. De ce pays aujourd'hui disparu, qu'il n'a jamais tenté de fuir, il dira plus tard que c'était un "Etat-cachot" dont les dirigeants traitaient les gens "non comme des citoyens, mais comme des prisonniers".

Le tournant de 1989. Quand un vent de révolte commença à souffler en RDA en 1989, Joachim Gauck comptait parmi les citoyens engagés. Ses prêches de cette époque sont restés célèbres. Il fut élu député du premier parti politique libre de RDA, l'alliance citoyenne Neues Forum, en mars 1990, lors des premières élections libres de ce pays qui allait s'unir le 3 octobre à la RFA. 

Une stature morale dans les années 90. C'est dans l'Allemagne réunifiée qu'il a gagné une indiscutable aura, en tant que responsable de 1990 à 2000 des archives de la Stasi, la police politique de l'ex-RDA qui avait constitué des dossiers sur des millions d'Allemands de l'est. Ce rôle lui valut à la fois la reconnaissance des Allemands et quelques ennemis.

Une fonction présidentielle au service du "pardon". Celui que la presse populaire a surnommé "le président des coeurs" est le premier président allemand à n'être membre d'aucun parti politique. Depuis son élection en mars 2012, Joachim Gauck s'est employé à souligner "la responsabilité historique" de son pays dans le nazisme. Ironie de l'histoire : la RDA communiste, où il a grandi, comme la chancelière Angela Merkel, ne s'était, elle, jamais reconnue coupable comme l'a fait la RFA : la doctrine voulait que le pays soit celui des résistants au nazisme.