Le policier voulait manger sa femme

  • A
  • A
Le policier voulait manger sa femme
@ REUTERS
Partagez sur :

A New-York, un officier comparaît cette semaine pour avoir planifié des meurtres cannibales.

Le procès. Jusqu'au mois d'octobre dernier, Gilberto Valle patrouillait dans les rues de Morningside Heights, un quartier universitaire de Manhattan, à New York. Depuis le début de la semaine, ce policier comparaît devant un tribunal new-yorkais pour avoir planifié de kidnapper, torturer et tuer des femmes, avant de les manger. Sur la liste des victimes potentielles, figurait sa propre épouse.

C'est d'ailleurs elle qui a révélé toute l'histoire au FBI. En septembre dernier, Kathleen Mangan-Valle s'aperçoit que son mari fréquente des sites Internet fétichiste. Après avoir installé un logiciel espion sur l'ordinateur, elle découvre des échanges de mails et des conversations par chat dans lesquels Gilberto détaille ses envies à des compagnons de crime.

"Je devais être attachée par les pieds"

"Je devais être attachée par les pieds, ils m'auraient égorgée et se seraient amusés en regardant le sang gicler", a ainsi témoigné Kathleen devant le tribunal. D'après des mails échangés entre son mari et l'un de ses correspondants, "deux autres femmes devaient être violées, l'une en face de l'autre, pour augmenter leur peur" tandis qu'une autre victime devait être "rôtie" vivante.

Gilberto-Valle-procès-reute

D'après les enquêteurs, Gilberto Valle avait des dossiers sur une centaine de femmes et de connaissances de son épouse, avec leur nom, leur photo et parfois leur adresse (récupérée illégalement grâce aux fichiers de la police). Parmi elles, l'une de ses anciennes camarades de lycée qui, selon un plan échafaudé avec un autre homme, devait être enlevée début septembre. "J'aimerais bien avoir son bras cuit au barbecue", écrit ainsi Gilberto Valle, avant de préciser qu'il mettrait la tête de la jeune femme en centre de table "pétrifiée dans sa dernière expression de peur". Le policier avait d'ailleurs repris contact avec elle l'année dernière.

Des plans très détaillés

Devant la fascination du policier pour les pieds des femmes, son interlocuteur lui avait par ailleurs suggéré de couper ceux de la victime avant de les faire cuire devant elle, alors qu'elle serait encore vivante. Les deux hommes avaient même détaillé leurs plans dans un document de deux pages intitulé "Enlever et cuisiner Kimberley : le projet". "Je me délecte juste de l'idée de la faire souffrir", écrit Valle.

Kathleen Mangan-Valle avait découvert ce texte et avait prévenu la jeune femme, via son compte Facebook. Mais devant un tel message, la victime potentielle avait cru que le compte de l'épouse du policier avait été piraté. Kimberley avait alors à son tour écrit à Gilberto en lui demandant s'il s'agissait d'une blague : "As-tu l'intention de me vendre ?" "Pas que je sache", lui avait répondu le policier.

procès-Gilberto-Valle-reute

Gilberto Valle est donc poursuivi pour avoir projeté de commettre des crimes. Mais pour son avocate, il ne s'agissait que de fantasmes. "Ces allégations sont choquantes et horribles, du genre qu'on peut voir dans les films d'horreur. Ces charges ont d'ailleurs une chose en commun avec les films d'horreur : elles ne sont que pure fiction. Vous ne pouvez pas condamner des gens pour leurs pensées, même s'ils sont malades", a plaidé la défense.

Pour l'accusation en revanche, "Gilberto Valle était très sérieux à propos de ces projets". Le policier risque la prison à perpétuité.