Le pilote "perturbateur" inculpé

  • A
  • A
Le pilote "perturbateur" inculpé
@ REUTERS
Partagez sur :

Le commandant américain avait crié "Al-Qaïda" et "terrorisme" dans l'avion, semant la panique.

L'incident qui s'est produit mardi en plein vol aux Etats-Unis ne devrait pas se reproduire de sitôt, en tout cas pas avec le même pilote. Ce dernier a été inculpé mercredi pour avoir "perturbé l'équipage", selon les autorités américaines.

Ses passagers en ont été quitte pour une belle frayeur. L'avion de la compagnie JetBlue qui les conduisait de New York - Las Vegas a dû atterrir en urgence. Mardi, en plein vol, le commandant de l'avion est pris d'un coup de folie. En sortant des toilettes, situées au fond de l'A320, il se met à hurler des mots tels que "Al-Qaïda", "terrorisme" et "Irak", selon les témoignages recueillis par l'Amarillo Globe News. "Nous allons tous nous écraser !", poursuit-il en déambulant dans le couloir, évoquant une alerte à la bombe d'Al-Qaïda.

"Nous allions nous crasher"

En arrivant au cockpit, il trouve porte close. Le copilote, inquiet de son "comportement erratique", a jugé bon de l'exclure de la zone de pilotage. Le commandant, furieux, tambourine à la porte. "D'abord l'Irak, ensuite l'Afghanistan et maintenant ça !" crie-t-il face aux passagers médusés.

Il "paraissait être devenu fou", a confié un passager. "Nous savions tous, dans les premiers rangs, que s'il retournait dans le cockpit, nous allions nous crasher". Coup de chance, une grande partie des passagers est issue du milieu de la sécurité, en route vers une conférence sur le sujet. Une dizaine d'entre eux se jettent sur lui et l'immobilisent au sol.

Regardez la vidéo d'un des passagers :

En urgence, l'avion atterrit à Amarillo, au Texas, où le commandant est transféré à l'hôpital. L'avion est minutieusement fouillé, mais aucun objet douteux n'est repéré. Les 195 passagers repartent vers Las Vegas avec un autre pilote.

Un problème médical

Depuis, la compagnie JetBlue a évoqué "un problème médical" concernant le commandant, sous traitement. "Il semble qu'il s'agisse d'avantage d'un problème médical que d'un problème terrorisme", a confirmé le ministère de l'Intérieur.

La compagnie a annoncé que les passagers seraient remboursés et obtiendraient même des avoirs de deux fois la valeur de leur billet.