Le pape dénonce "l'Alzheimer spirituel" de la Curie

  • A
  • A
Le pape dénonce "l'Alzheimer spirituel" de la Curie
@ AFP
Partagez sur :

LES POINTS SUR LES i - Devant le gouvernement de l’Eglise, le pape François a prononcé lundi un discours d’une sévérité sans précédent.

"Narcissisme faux", "fossilisation mentale et spirituelle"… Les mots et les formules-choc ont claqué lundi dans la Salle Clémentine au Vatican. Lors de ses vœux annuels à la Curie, le pape François a en effet sévèrement recadré les cardinaux.

>> LIRE AUSSI - Le Pape François, médiateur du rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis

L’appel à "un examen de conscience". En guise de discours annuel de voeux aux membres de la Curie le pape François condamné la mondanité, l'hyperactivité, les rivalités, les bavardages, les calomnies, et la zizanie qui rongent le gouvernement de l’Eglise. Le pape a aussi convié les cardinaux à "un vrai examen de conscience".

Un réquisitoire contre les maux de la Curie. Comme "tout corps humain", le Curie souffre "d'infidélités" à l'Evangile et est menacée de "maladies", qu'il faut apprendre à "guérir" a dit le Pape avec sévérité. Le souverain pontife a alors exposé "un catalogue" de ces maladies, pour que la Curie devienne "chaque jour plus harmonieuse et unie".



Il en a cité quinze, employant des formules-choc comme "l'Alzheimer spirituel", "la fossilisation mentale et spirituelle", "le coeur de pierre, "le terrorisme des bavardages", "la schizophrénie existentielle", "le narcissisme faux", "la planification d'expert-comptable", "les rivalités pour la gloire", "les "faces funèbres", "l'orchestre qui émet des fausses notes"... Il y a toujours la tentation de "se sentir immortel", a observé le pape, conseillant aux prélats d'aller dans les cimetières où "sont tant de personnes qui se considéraient indispensables".

>> ECOUTER AUSSI - En Turquie, le pape a plaidé pour la liberté religieuse

Un pape "anticlérical" ? Après ce discours reçu comme une douche froide, François a salué un à un les cardinaux, dans une ambiance lourde, malgré les amabilités de façade. François, qui a expliqué à plusieurs reprises qu'il se sentait quelquefois "anticlérical", a engagé depuis son élection en mars 2013 une profonde réforme de la Curie, qui se heurte à de nombreuses oppositions internes et suscite de nombreuses inquiétudes. Cette réforme en cours ne devrait pas se conclure avant 2016.