Le monde mobilisé pour Aung San Suu Kyi

  • A
  • A
Le monde mobilisé pour Aung San Suu Kyi
@ REUTERS
Partagez sur :

Sa libération par la junte est prévue samedi. Ses partisans veillent au respect de cette décision.

Alors que des rumeurs font état d’une libération imminent d’Aung San Suu Kyi en Birmanie, le monde demande à voir. La peine de résidence surveillée de la dissidente prend fin samedi 13 novembre et les appels se multiplient pour que la junte militaire au pouvoir respecte cette décision. Une manifestation a notamment lieu samedi à Paris.

Aung San Suu Kyi, que le généralissime Than Shwe - leader de la junte birmane - déteste, a vécu enfermée sans interruption depuis 2003 et pendant près de 15 des 21 dernières années. En mai 2009, elle était libérable lorsqu'un illuminé américain avait réussi à nager jusqu'à son domicile de Rangoon, sur les rives d'un lac. Les autorités n’ont pas manqué l’occasion de lui infliger 18 mois supplémentaires de résidence surveillée.

L’appel de Sarkozy

Vendredi, quatre experts de l'ONU ont exhorté le régime militaire birman à libérer l'opposante dans les délais prévus. "Selon les termes de la détention de Aung San Suu Kyi établis en vertu des propres procédures légales birmanes, sa peine s'achève samedi 13 novembre", souligne un communiqué des experts, qui "exhortent le gouvernement à veiller à mettre fin à toutes ses restrictions de déplacements et d'activités".

Mercredi, c’est Nicolas Sarkozy qui avait lancé un appel de même nature. A l’issue d’un entretien avec des représentants d’ONG, le président français a fait part de "son plus vif soutien au combat politique exemplaire d'Aung San Suu Kyi" et souhaité "qu'elle soit effectivement libérée le 13 novembre à l'issue de sa peine", a rapporté l'Elysée dans un communiqué. Le chef de l’Etat a également "appelé à la libération de tous les prisonniers politiques incarcérés en Birmanie".

"Sa liberté physique ne suffit pas"

Samedi, jour théorique de la libération d’Aung San Suu Kyi, une manifestation est prévue sur l’hôtel de Ville en soutien de la dissidente. Bertrand Delanoë, le maire de paris, et plusieurs de ses adjoints sont annoncés présents.

Sur place, les partisans de l’ancien prix Nobel de la Paix se font également entendre. Dès vendredi, environ 600 de ses partisans se sont rassemblés devant le siège de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), certains portant des t-shirts blancs avec sa photo. Des policiers filmaient le rassemblement à l'extérieur du bâtiment sur lequel était accrochée une banderole avec ces mots: "le temps est venu pour la libération d'Aung San Suu Kyi".

Et si l’opposante est effectivement libérée, se posera la question de son champ d’action. "Sa liberté physique ne suffit pas", prévient Isabelle Dupuis, d’Info-Birmanie. "C’est une dirigeante politique, il ne faut pas l’oublier, alors ce qui compte le plus, c’est sa liberté politique. Le fait qu’elle puisse se déplacer, s’exprimer publiquement. Et donc retrouver les fonctions de dirigeante qu’elle devrait exercer depuis de longues années."