Le dernier iPhone est-il anti-IVG ?

  • A
  • A
Le dernier iPhone est-il anti-IVG ?
Partagez sur :

Apple a dû éteindre un début de polémique à propos de son logiciel de reconnaissance vocale.

Il trouve du Viagra mais pas des endroits où il est possible d'avorter. Lui ? C'est Siri, l'assistant vocal du dernier iPhone 4S. Et ce petit problème technique a suscité une immense polémique aux Etats-Unis où les militants "pro choice" (pour avoir le choix d'avorter ou non) et "pro life" (contre l'avortement) s'entredéchirent régulièrement.

Le blog Abortioneers a ainsi fait état ces derniers jours de plusieurs employés de cliniques ayant demandé à cet assistant digital, de leur indiquer un endroit où l'avortement est pratiqué, à proximité de leur lieu de travail.

Les associations  s'indignent

"Siri, je suis enceinte et je souhaite avorter", ont demandé ces employés. "Je ne trouve aucune clinique pratiquant l'avortement dans les environs", a répondu Siri.

La puissante Association américaine de défense des libertés civiles (Aclu) s'est emparée du sujet en lançant jeudi une campagne pour demander à Apple de remettre "Siri sur le droit chemin". "Si Siri peut nous aider à trouver du Viagra, il ne devrait pas donner des faux renseignements ou aucun renseignement à propos de l'avortement", dit la campagne de l'association.

Apple dément et insiste sur les limites de l'appareil

La polémique a pris une telle ampleur qu'Apple a été obligé de réagir. Le nouveau directeur général de la firme, Tim Cook, s'est défendu d'une quelconque prise de position anti-avortement d'Apple dans cette histoire.

"Nos clients utilisent Siri pour trouver tous types d'informations et même s'il peut répondre à beaucoup de questions, il ne trouve pas systématiquement ce que vous voulez", a répondu le dirigeant d'Apple. Et de fait, Siri reste muet sur beaucoup d'autres thèmes.

Si le débat a vite pris outre-Atlantique, c'est parce que la question de l'avortement oppose régulièrement les hommes politiques et les associations. Apple paie aussi peut-être sa réputation de tout contrôler. Le géant à la pomme avait ainsi censuré de nombreuses applications comme une BD pour iPad dans laquelle un sein nu n'était pas du goût d'Apple.