Le colossal patrimoine de l’oncle d’Assad à Paris

  • A
  • A
Le colossal patrimoine de l’oncle d’Assad à Paris
Le patrimoine immobilier de Rifaat al-Assad, à Paris et sa région, atteindraient les 160 millions d'euros. L'oncle de Bachar al-Assad, opposant au régime, vit aujourd'hui en exil.@ MaxPPP
Partagez sur :

Une association anti-corruption a demandé le gel de ses biens, estimés à 160 millions d’euros.

L’INFO. Il vit en exil hors de la Syrie depuis 1984. Rifaat al-Assad, l’oncle de Bachar al-Assad et opposant déclaré au régime, dispose en Ile-de-France d’un patrimoine extraordinaire. Ce dernier intéresse aujourd’hui les associations anticorruption Transparence International France (TIF) et Sherpa qui ont déposé plainte pour connaître l’origine des fonds ayant permis d’acquérir ces biens. La plainte vise notamment les infractions de recel de détournement de fonds publics, corruption et blanchiment aggravé en bande organisée.

Des biens luxueux. Car le patrimoine du frère d’Hafez-al Assad, qui a régné sur la Syrie de 1970 à 2000, est impressionnant. Selon le journal Le Monde qui a publié cette semaine une enquête sur le sujet, Rifaat al-Assad serait propriétaire d’un hôtel particulier au 38 avenue Foch, estimé à 90 millions d’euros et aujourd’hui en vente, et d’un autre hôtel particulier, situé avenue de Lamballe, dans le XVe arrondissement de Paris. Il détient également deux immeubles situés dans les XVe et XVIe arrondissements de la capitale, comprenant au total une quarantaine d’appartements.

Un château dans le Val d’Oise. Outre ces biens prestigieux, l’oncle de Bachar al-Assad, aujourd’hui âgé de 76 ans, possède également un château, doté d’un haras, sur un domaine de 45 hectares sur la commune de Taverny-Bessancourt, dans le Val d’Oise. Selon les informations du Monde,  Rifaat al-Assad projetterait en outre de construire un immeuble d’habitation sur un terrain de près de 800 mètres carré, actuellement en friche, dans le XVIe arrondissement de Paris.     

avenue-foch_930x620

Une fortune colossale. Ces biens, pour la plupart officiellement au nom des enfants et des épouses de Rifaat al-Assad, sont détenues par le biais d’un entrelacs de sociétés écrans, basées pour certaines dans des paradis fiscaux. Elles s’ajoutent à un patrimoine immobilier déjà conséquent, englobant des biens à Londres et en Espagne ou aux Etats-Unis. Au total, la fortune de l’oncle de Bachar al-Assad se calculerait en milliards d’euros.

Un passé trouble. Frère cadet de Hafez al-Assad, le père du président actuel, Rifaat al-Assad s'était illustré à la tête des Brigades de défense dans la répression des Frères musulmans. Il est notamment accusé d'avoir en 1982 lancé ses troupes contre Hama, tombée aux mains des islamistes sunnites, une répression qui avait fait entre 10.000 et 25.000 morts selon les estimations. Une accusation qu'il avait assimilée en 2011 à "une légende". Aujourd’hui, ne faisant l’objet d’aucune sanction internationale, celui qui se verrait bien succéder à son neveu Bachar dénonce une "folie médiatique" autour du nom Assad.

Quel financement ? Un avis que ne partagent pas les associations anti-corruption. "D'évidence", il "n'a pu financer l'acquisition de ce patrimoine extraordinaire par les seuls salaires et traitements reçus de ses activités politiques professionnelles connues, à savoir: commandant des Brigades de défense dans les années 1980, puis vice-président de la République arabe syrienne, aujourd'hui en exil et à la tête du 'Groupe national uni', organisation politique de l'opposition syrienne", selon la plainte.