Lapidation à mort d'une femme : le président afghan ordonne une enquête

  • A
  • A
Lapidation à mort d'une femme : le président afghan ordonne une enquête
@ AFP
Partagez sur :

Le président afghan Ashraf Ghani a ordonné mercredi l'ouverture d'une enquête sur la lapidation à mort d'une jeune femme accusée d'adultère.

L'affaire a suscité une vague d'indignation en Afghanistan et dans le monde : une jeune femme a été lapidée à mort après avoir été accusée d'adultère. Mercredi, le président afghan Ashraf Ghani a ordonné mercredi l'ouverture d'une enquête.

Une lapidation "hors-la-loi, non islamique et criminelle". La lapidation de Rokhsahana par des talibans et des chefs de guerre dans la province reculée et montagneuse de Ghor (centre-ouest du pays) est "hors-la-loi, non-islamique et criminelle", a estimé sur son site internet M. Ghani, qui a fait de la lutte pour la cause des femmes dans son pays une des priorités de son mandat. Une équipe composée notamment de fonctionnaires du ministère de l'Intérieur et de membres de la Commission afghane des droits de l'homme est chargée de "mener une enquête exhaustive et devra (lui) rendre compte", poursuit M. Ghani.

Ce qui s'est passé. L'incident s'est produit il y a un peu plus d'une semaine, mais mardi une vidéo présentée par les autorités comme étant celle du drame a commencé à tourner en boucle sur les réseaux sociaux et les chaînes de télévision, déclenchant l'indignation des militants des droits des femmes. Sur la vidéo, une jeune femme se tient debout dans un trou creusé dans le sol, d'où seule sa tête dépasse. Un homme vêtu de noir ramasse une pierre et la lui lance à bout portant, puis trois de ses compagnons l'imitent. L'un des hommes invite à réciter la chahada, la profession de foi musulmane. La jeune femme dit alors : "il n'y a de Dieu que Dieu", avant que la séquence ne s'interrompe.

D'après Sima Joyenda, la gouverneure de la province de Ghor, la victime "a été lapidée à mort par des talibans, des dignitaires religieux et des chefs de guerre irresponsables". Selon elle, Rokhsahana avait "entre 19 et 21 ans" et "a été mariée à un homme contre son gré. Elle s'est enfuie avec un homme de son âge", avant d'être rattrapée par les insurgés.