Lait : Bruxelles va débloquer 280 millions d'euros

  • A
  • A
Lait : Bruxelles va débloquer 280 millions d'euros
Partagez sur :

La crise agricole est au cœur d’une réunion entre les ministres européens de l’Agriculture lundi.

"Je vais vider mes poches et j'ai 280 millions d'euros pour les agriculteurs" du secteur laitier. Tout en précisant qu'il reviendrait aux ministres des Finances de l'UE d'adopter définitivement cette proposition dans un mois, le 19 novembre, la commissaire européenne à l'Agriculture, Mariann Fischer-Boel, a annoncé lundi matin vouloir débloquer une aide financière en faveur du secteur laitier en crise.

Une promesse aussitôt qualifiée d'"insuffisante" par les syndicats agricoles français. Pour la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) "c'est trop peu au regard de la détresse paysanne et c'est bien tard au regard de cette crise qui dure depuis trop longtemps", selon un communiqué du principal syndicat français.

La Commission européenne s'est décidée à agir sous la pression des agriculteurs en colère qui dénoncent la chute des prix à la production du lait depuis des mois. Ces derniers comptent à nouveau manifester à Luxembourg lundi en marge de la réunion des ministres européens de l'Agriculture.

La France et l’Allemagne, avec derrière eux une vingtaine de pays, militent activement auprès de l'exécutif européen pour que le secteur laitier, en cours de libéralisation avec la fin programmée des quotas, ne soit pas livré à la seule loi du marché. Des mesures de régulation du marché sont à l’étude, notamment des aides au stockage des produits lorsque ces derniers ont du mal à se vendre.

En France, première puissance agricole européenne, le monde paysan est descendu vendredi dans la rue pour demander d'urgence un plan général massif de soutien du gouvernement. Nicolas Sarkozy doit tenir un discours en direction des agriculteurs cette semaine. Selon des informations recueillies par Europe 1, l’Elysée fait pression sur les banques pour qu’elles accordent un milliard d’euros de prêt aux agriculteurs. Un prêt à taux zéro puisque l’Etat prendrait en charge les intérêts.

> Les raisons de la grogne des producteurs de lait