La Turquie va prendre les armes contre l'Etat islamique

  • A
  • A
La Turquie va prendre les armes contre l'Etat islamique
@ Reuters
Partagez sur :

Après s'être tenue en retrait, Ankara vient de voter sa participation à une intervention militaire en Irak et en Syrie.

L'INFO. Un pays de plus s'engage contre l'Etat islamique. La Turquie a voté jeudi un texte autorisant une intervention militaire pour mettre en déroute les djihadistes qui sévissent en Syrie et en Irak. Le gouvernement turc a désormais les mains libres pour mettre en place un dispositif militaire pour lutter contre l'organisation de l'Etat islamique. Le texte autorise aussi le stationnement de troupes étrangères en Turquie qui pourront utiliser ses bases militaires pour le même motif.

>> LIRE AUSSI - Les Américains ont mené de nouvelles frappes aériennes en Syrie

Jusqu'à présent, Ankara était restée relativement en retrait de la coalition internationale contre les djihadistes. Mais récemment, 46 citoyens turcs, retenus en otage par le groupe terroriste, ont été libéré, donnant ainsi une latitude supplémentaire à la Turquie sans mettre en danger la vie de ses ressortissants.

>> Pour comprendre la position de la Turquie : 



La position ambiguë de la Turquie vis-à-vis de...par Europe1fr

Pas forcément un engagement immédiat. Après le vote, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a convoqué une réunion des principaux responsables civils et militaires du pays juste après ce vote pour préciser les modalités de l'engagement turc auprès de la coalition. Selon les médias turcs, le gouvernement ne devrait pas directement s'engager dans des opérations militaires chez ses voisins mais se contenter plutôt d'ouvrir certaines de ses installations, notamment la base aérienne d'Incirlik, dans le sud du pays, à ses alliés, pour des opérations humanitaires.  

Les combattants de l'Etat islamique sont aux portes de Kobani, ville kurde proche de la frontière. Les villes turques frontalières servent en parallèle de base arrière aux djihadistes.

>> LIRE AUSSI - Du pétrole de l'Etat islamique dans nos voitures