La Syrie privée de lumière à cause de la guerre

  • A
  • A
La Syrie privée de lumière à cause de la guerre
@ ABD DOUMANY / AFP
Partagez sur :

Quatre ans après le début de la guerre civile qui a provoqué la mort de plus de 200.000 personnes, une étude montre comment le pays est plongé dans l'obscurité. 

L'info. Quatre ans après le début de la guerre en Syrie, le pays est quasiment plongé dans l'obscurité. 83% des lumières du pays ne fonctionnent plus en raison de la guerre civile, rapportent des ONG mercredi.

En analysant des images satellite prises à 800 kilomètres au-dessus de la Terre,  des scientifiques de l'université de Wuhan en Chine ont découvert que "le nombre de lumières visibles sur la Syrie la nuit avait chuté de 83%" depuis le début de la guerre en mars 2011, a précisé une coalition de 130 ONG, pour qui l'étude était réalisée. La ville d'Alep dans le nord est la plus touchée, avec 97% de ses lumières éteintes la nuit.

"L'âge des ténèbres". "La Syrie est entrée dans l'âge des ténèbres, littéralement et métaphoriquement", a expliqué l'ancien ministre britannique des Affaires étrangères David Miliband, aujourd'hui président de l'International Rescue Committee, membre de la coalition #withSyria. L'utilisation par le président syrien Bachar al-Assad de barils d'explosifs contre son peuple, dans une guerre qui a fait plus de 200.000 morts, "fait revenir les efforts de paix et l'histoire de la guerre des siècles en arrière", a estimé David Miliband. 

"Les données sur la lumière la nuit ne mentent jamais", a expliqué Xi Li, auteur de l'étude. "Davantage de lumières éteintes ça veut dire davantage de personnes déplacées (...), de destructions d'infrastructures et de coupures de courant". "Ces images nous aident à comprendre les souffrances et les craintes expérimentées par les Syriens ordinaires chaque jour", a-t-il ajouté. Les régions les plus épargnées sont les provinces de Damas, centre du pouvoir, et de Quneitra, près de la frontière israélienne, où respectivement 35% et 47% des lumières se sont éteintes la nuit.

>> LIRE AUSSI - Syrie : les enfants de la guerre, une génération perdue

>> LIRE AUSSI - Irak : l'Etat islamique détruit la cité antique de Hatra