Les réfugiés bloqués à la frontière serbo-hongroise

  • A
  • A
Partagez sur :

LE MUR - Les autorités serbes déplorent l'attitude de leurs voisins hongrois qui ont pris des mesures très restrictives visant à endiguer le flux des réfugiés.

La tension monte d'un cran entre la Serbie et la Hongrie. Les autorités serbes déplorent l'attitude de leurs voisins hongrois qui ont pris des mesures très restrictives visant à endiguer le flux des réfugiés. Un grillage a notamment été érigé entre la Hongrie et la Serbie, bloquant totalement toute arrivée de migrants, notamment au passage officiel de Röszke mardi. En fin de journée, la Serbie a donc exhorté la Hongrie à ouvrir sa frontière pour les migrants.

"J'exhorte la Hongrie à ouvrir sa frontière aux migrants". Belgrade s'est dit incapable de gérer le flux de migrants bloqués sur son sol après la fermeture de la frontière par Budapest. "L'idée de renvoyer vers la Serbie tous les migrants alors que d'autres ne cessent d'affluer, en provenance de Grèce et de Macédoine, est inacceptable", a protesté le ministre serbe des Affaires étrangères, Ivica Dacic, devant la presse à Prague. "J'exhorte la Hongrie à ouvrir sa frontière aux migrants. Au moins aux femmes et aux enfants", a dit son collègue en charge des réfugiés Aleksandar Vulin, au poste-frontière de Horgos où une centaine de migrants attendaient.

La frontière fermée lundi à minuit. Lundi, un nombre record de 9.380 migrants avaient réussi à franchir la frontière, selon des données de la police. La police hongroise a donc fermé lundi le principal point de passage situé à deux kilomètres à l'est. Depuis la mise en place par Budapest d'une clôture de barbelés sur les 175 kilomètres de la frontière serbo-hongroise, ce passage par la voie ferrée de Röszke, large d'une quarantaine de mètres, était devenu le seul point de transit de la quasi-totalité des migrants pénétrant en Hongrie.

Regardez le reportage vidéo de Walid Berrissoul, envoyé spécial à la frontière hongroise :


Frontière serbo-hongroise : la Hongrie érige...par Europe1fr

Selon des témoignages recueillis auprès des migrants du Moyen-Orient - dont certains fuyant de zones de conflits en Syrie et Irak -, les policiers hongrois ont interdit le passage autour de minuit, lundi. La police hongroise a confirmé que ce poste-frontière, ainsi que celui d'Asothalom, éloigné de 5 kilomètres, avaient été fermés, mais à partir de 7 heures.

Les migrants attendent une réouverture. Mardi matin, environ 300 personnes, dont des enfants, attendaient devant ce point de passage en espérant sa réouverture. Certains migrants ont passé la nuit dans une cinquantaine de tentes, distribuées par des humanitaires, qui ont été dressées à même l'asphalte, sur les deux voies d'habitude empruntées par les voitures pour franchir la frontière.

Une réouverture "si les conditions sont réunies". "Cette mesure a été prise en raison de l'évolution de la situation du côté serbe de la frontière où les contrôles ne sont pas assurés", a déclaré un porte-parole de la police des frontières, Laszlo Balazs, lors d'une conférence de presse à Budapest. Il a assuré qu'une réouverture des postes-frontières était envisageable "si les conditions sont réunies".