La queue de l'avion d'AirAsia a été retrouvée en mer de Java

  • A
  • A
La queue de l'avion d'AirAsia a été retrouvée en mer de Java
@ AFP/BASARNAS
Partagez sur :

MYSTÈRE LEVÉ ? - Les boîtes noires se trouvaient dans cette partie de l'appareil. Cette découverte pourrait donc permettre de faire avancer l'enquête.

Cela pourrait être l'origine d'une avancée dans l'enquête sur le crash de l'avion d'AirAsia, il y a dix jours. La queue de l'Airbus a été retrouvée mercredi au large de Bornéo, a annoncé mercredi le directeur de l'agence de recherches et de secours indonésienne, Fransiskus Bambang Soelistyo. Une découverte importante, car les boîtes noires se trouvaient dans cette partie de l'appareil.

>> LIRE AUSSI - AirAsia aurait coulé après avoir réussi un amerrissage d'urgence

Jusqu'à présent, aucun "bip" des enregistreurs de vol n'a été détecté au cours des recherches et on ne sait pas encore s'ils sont encore dans la queue de l'appareil, restée immergée pendant dix jours à la merci des courants. Des images de la carcasse sous l'eau ont été dévoilées : 



Des fonds marins boueux et de forts courants. Une amélioration des conditions climatiques a permis aux équipes de secours d'intensifier leurs recherches, mercredi, lorsque les vagues étaient moins hautes et la visibilité sous-marine meilleure. "Les fonds marins sont très boueux et sablonneux et le courant fort (quatre à cinq nœuds) soulève les sédiments et réduit la visibilité à zéro", a expliqué le superviseur des plongeurs de l'armée indonésienne, le sergent-major Rudi Hartanto. "Jusqu'à présent, nous ne pouvions pas plonger longtemps, jamais plus de cinq à dix minutes, avant de remonter à la surface", a-t-il souligné.

Plus de dix jours après la catastrophe, les secours n'ont pu repêcher que 39 corps sur les 162 passagers et membres d'équipage du vol QZ8501 d'AirAsia. L'avion qui assurait la liaison entre Surabaya, en Indonésie, et Singapour, a disparu des écrans radar le 28 décembre. Il n'y a aucun survivant.

>> LIRE AUSSI - En 2014, moins de crashs ... mais plus de victimes