La presse anglaise se cabre devant l'affaire Harry

  • A
  • A
La presse anglaise se cabre devant l'affaire Harry
@ REUTERS
Partagez sur :

Sur injonction de la famille royale, les médias britanniques n’ont pas diffusé les clichés polémiques.

Les photos de vacances olé-olé du prince Harry lors d'un séjour à Las Vegas ont fait le tour du monde. Mais la presse britannique a décidé de jeter un voile pudique sur cette affaire en choisissant de ne pas publier les "so shocking" photos. Il faut dire aussi que la famille royale les a bien aidés dans leur réflexions en intimant aux journaux britanniques de ne pas publier lesdits clichés, arguant du fait que leur diffusion constitue selon elle une violation de la vie privée du prince.

Les journaux britanniques se concentrent donc mercredi, non pas sur le partie de "strip billard" que le prince a disputée mais plutôt sur un défi lancé par Harry au nageur américain et médaille d'or olympique Ryan Lochte, qui fêtait à Las Vegas son 28ème anniversaire. Le cadet du Prince Charles a perdu la course dans la piscine de l'hôtel où il a sauté avec "enthousiasme" et encore vêtu de son jean, selon le Daily Mail, à 3 heures du matin.

Le Sun détourne l’image

De son côté, The Suna lui opté pour la doublure en proposant en Une de son numéro de jeudi une réplique d'une des photos. On peut y voir un homme nu se cachant le sexe et masquant une demoiselle dénudée derrière lui, sous un titre évoquant "les joyaux de la couronne". En pages intérieures, le tabloïd The Sun n'est pas avare de photos de Harry autour de la piscine de l'hôtel en compagnie de jolies filles en bikinis, mais vêtu d'un maillot de bain, coiffé d'un panama et arborant des lunettes de soleil.

The Sun fourmille également d'anecdotes, révélant ainsi qu’Harry aurait demandé à toutes les filles leur numéro de chambre, sans toutefois se présenter à leur hôtel, mais s'abstient de publier les photos compromettantes. Sur son site web, le Sun traite également le sujet en s’interrogeant plus longuement sur le dispositif de sécurité qui entoure le prince, troisième héritier du trône britannique.

L’image du prince une nouvelle fois dégradée

Du côté du Telegraph, retour sur la dégradation de l’image d’un prince qui cherchait depuis quelques temps à mettre de l’eau dans son vin en effaçant sa réputation de prince fêtard. Las, "le prince Harry est rentré sous terre après la publication de photos le montrant nu, en train de faire la fête, avec une femme", décrit ainsi le journal au lendemain du retour de l'héritier en Grande-Bretagne.  Le journal pointe aussi du doigt "l’ami" qui, visiblement, ne voulait pas que du bien à Harry, à savoir le "compagnon de noce" qui a vendu les deux photos au site TMZ et qui aurait touché 10.000 livres, soit plus de 12.000 euros.

Reste que, si la soudaine pudeur de la presse people britannique pourrait être liée à l’enquête actuellement menée sur l’éthique dans les médias, suite à l’affaire News of the World, comme le souligne The Guardian la timidité de la presse britannique sur cette affaire n’est pas passée inaperçue outre-Atlantique. Le Washington Post se moque ainsi gentiment en titrant : "Horreur, la presse à scandale britannique se tient à l’écart des photos du prince nu"…Comme quoi, les Américains aussi peuvent faire preuve d’un humour so british.