La place Rouge de Moscou fermée pour la première fois pour le Nouvel an

  • A
  • A
La place Rouge de Moscou fermée pour la première fois pour le Nouvel an
Les feux d'artifice le 1er janvier 2015, sur la place Rouge à Moscou.@ DMITRY SEREBRYAKOV / AFP
Partagez sur :

Des dizaines de milliers de Russes et de touristes ont l'habitude de passer le 31 décembre sur la célèbre place de Moscou, fermée à cause du risque d'attentats.

L'emblématique Place Rouge de Moscou, lieu de rassemblement traditionnel pour le Nouvel an, sera pour la première fois cette année fermée au public pour le réveillon du Nouvel An, ont annoncé les autorités de la ville lundi, dans un contexte de craintes d'attentats visant la capitale russe.

Haut lieu touristique de Moscou. La place accueille en général des dizaines de milliers de Russes et touristes qui fêtent le Nouvel an au son des cloches du Kremlin voisin, mais cette année, la police en bloquera l'entrée, a prévenu lundi le chef du département de sécurité de la ville, Alexeï Maïorov, cité sur le site de la mairie. "Ils expliqueront que la Place Rouge est fermée pour cause d'événement et qu'il y a de nombreux autres endroits pour passer un bon moment", a-t-il précisé. Les autorités ont expliqué cette mesure sans précédent par l'organisation du concert du Nouvel an, diffusé en direct sur la première chaîne publique. Seul un public restreint pourra y assister, choisi à l'avance, en grande partie par les autorités locales.

Attentat contre un avion russe en octobre. "Ce serait comme fermer Times Square à New York (...) ou obliger les Parisiens à présenter une autorisation spéciale pour s'approcher de la tour Eiffel", a commenté l'ancien élu Alexandre Klioukine sur la radio Kommersant. La Place Rouge, l'une des premières destinations touristiques de Russie, est bordée par les murailles du Kremlin, principale résidence officielle du président russe, et les célèbres grands magasins du Goum. Elle abrite le mausolée de Lénine.

Cette décision intervient alors que les autorités ont renforcé les mesures de sécurité à Moscou à la suite des attentats à l'origine du crash du charter russe en Egypte fin octobre, puis ceux de Paris le 13 novembre. La Russie mène des frappes aériennes contre le groupe Etat islamique en Syrie.