La mystérieuse paternité d'un ancien prisonnier cubain

  • A
  • A
La mystérieuse paternité d'un ancien prisonnier cubain
@ AFP PHOTO / Estudios Revolucion"
Partagez sur :

Détenu depuis 2001 aux Etats-Unis, ce Cubain libéré mercredi a retrouvé sa femme enceinte. Une grossesse qui a intrigué les Cubains, avant de trouver une explication ... diplomatique. 

Cette énigme aura suscité de nombreuses questions et rumeurs. Comment un espion cubain, emprisonné aux Etats-Unis en 2001, a-t-il pu retrouver sa femme enceinte à sa libération, mercredi 17 décembre, après le rapprochement historique entre Cuba et les Etats-Unis ?

>> LIRE AUSSI - Etats-Unis-Cuba : ce qui va changer

Rapidement, deux rumeurs ont couru, rapporte CNN. La première a mis en doute la paternité de l'enfant, alors que d'autres évoquaient une rencontre secrète entre l’ancien prisonnier, Gerardo Hernandez, et sa femme, Adriana Perez. Une hypothèse rapidement évacuée : sa femme, également membre des services d'espionnage cubains, n'avait pas reçu l'autorisation de rendre visite à son mari en prison. 

Le principal intéressé, Gerardo Hernandez, entouré samedi par Raoul Castro lors d'une cérémonie organisée pour le retour des trois espions libérés, s’est amusé de ces commérages. "Tout le monde se pose la question, et nous nous amusons beaucoup avec les commentaires et les spéculations", a déclaré l'ancien prisonnier.

Finalement, deux sources diplomatiques ont lâché le morceau à CNN. Et ont expliqué à la chaîne américaine que lors des négociations entre les deux pays, le sperme de Gerardo Hernandez avait été collecté et rapatrié à Cuba. "Nous pouvons confirmer que les Etats-Unis ont facilité la demande de Mme Hernandez d'avoir un bébé avec son mari", a confirmé le ministère américain de la Justice. Un aménagement accordé pour obtenir, en contrepartie, de meilleures conditions d'emprisonnement pour Alan Gross. Cet américain détenu à Cuba a également été libéré en marge des négociations entre les deux pays. 

Gerardo Hernandez, qui s'apprêtait à passer de nombreuses années en prison, sera donc présent pour l’accouchement. Une petite fille qui devrait se prénommer Gema, et arriver d'ici le 4 janvier. 

>> LIRE AUSSI : médias américains et cubains : le grand écart