La Maison-Blanche accusée de trahison

  • A
  • A
La Maison-Blanche accusée de trahison
La Maison-Blanche est accusée d'avoir fait fuiter des informations classées "top-secret" dans la presse.@ MAX PPP
Partagez sur :

Des secrets d'Etat auraient fuité dans la presse. Barack Obama conteste mais John McCain insiste.

Des fuites provenant de la Maison-Blanche sur des informations classées "top secret" ? Barack Obama conteste et juge le soupçon offensant, tandis que John McCain, sénateur de l'Arizona n'en démord pas. Pour le candidat malheureux à la présidentielle de 2008,  ce sont ces fuites elles-mêmes, "commanditées par le président", qui sont offensantes.

L'article de la discorde

Tout est parti d'un article publié la semaine dernière dans le New York Times. On pouvait y lire des informations détaillées sur les cyberattaques américaines secrètes sur les ordinateurs iraniens, mais aussi des fuites évoquant le feu vert de la Maison-Blanche pour tuer des terroristes présumés, ou encore des données concernant des attaques de drones.

mccain 930
Le sénateur de l'Arizona et d'autres républicains de premier plan ont alors accusé les responsables de l'administration Obama d'avoir orchestré la divulgation de ces informations afin de renforcer la cote du président, avant l'élection présidentielle de novembre prochain.

Obama nie

Obama 930
Des accusations que Barack Obama a aussitôt démenties, les qualifiant d'"offensantes". "L'idée que la Maison-Blanche aurait délibérément divulgué des informations classées secret-défense est choquante", a déclaré le président lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche. "C'est une erreur", a -t-il assuré.

Mais John McCain persiste et signe. "Le président peut ne pas avoir fait lui-même, mais le président est certainement responsable en tant que commandant en chef de l'armée américaine", a-t-il déclaré dimanche à la télévision sur la chaîne CNN.

Axelrod 930
Reste que David Axelrod, le conseiller du président, a déclaré que s'il y avait "des fuites évidentes", elles "n'émanaient pas de la Maison-Blanche". Et corroborant ces allégations, les auteurs de deux nouveaux livres sur la sécurité nationale, David Sanger et Daniel Klaidman, ont pour leur part nié que leurs informations provenaient de la Maison-Blanche. D'autant que les deux reporters chevronnés ont de nombreux contacts dans les domaines du renseignement et de la justice. Pour mettre un terme à cette controverse, le ministre de la Justice Eric Holder a annoncé la désignation de deux procureurs chargés de faire le jour sur cette affaire.