La fusée Falcon 9 transportant la capsule SpaceX explose en vol

  • A
  • A
Partagez sur :

La fusée qui devait transporter la capsule SpaceX jusqu'à la Station spatiale internationale a explosé juste après son lancement.

Après six lancements réussis, c'est le premier accident pour Space X. La fusée Falcon 9 de cette société qui transportait une capsule non habitée à destination de la Station spatiale internationale (ISS) a explosé dimanche deux minutes à peine après son lancement.

"Un problème avec le premier étage de la fusée". L'engin "a explosé" juste après avoir décollé comme prévu à 10H21 locales de son pas de tir de la station de l'armée de l'air américaine de Cap Canaveral, en Floride, selon la Nasa. L'agence spatiale américaine avait dans un premier temps évoqué une "anomalie" non spécifiée.

C'est durant "la première partie du vol" que s'est produite cette "anomalie". Les neuf moteurs du premier étage de la fusée s'étaient pourtant bien allumés et le véhicule avait atteint une vitesse supersonique. "Il semblerait qu'il y a eu un problème avec le premier étage de la fusée" avant la séparation avec le reste du lanceur, a indiqué SpaceX. Sur Twitter, Elon Musk, le patron de SpaceX, a évoqué "trop de pression dans le réservoir d'oxygène liquide du dernier étage de la fusée".



Plus de moyen d'approvisionner l'ISS ? A bord de la capsule Dragon se trouvaient près de deux tonnes de matériel et d'approvisionnement pour la Nasa, dont des aliments et des vêtements pour l'équipage de l'ISS, ainsi que du matériel destiné à des expériences scientifiques. Ce n'est pas la première fois qu'une mission de ravitaillement tourne court : en octobre dernier, déjà, Orbital Science, l'autre firme privée ayant conclu des contrats d'approvisionnement de l'ISS avec la Nasa, a connu une mésaventure similaire, due à la défaillance d'un des moteurs de son lanceur.

Résultat : la Nasa ne dispose plus de moyens de transport pour approvisionner l'ISS pour au moins un certain temps, d'autant plus que fin avril, le vaisseau russe de fret Progress a lui aussi subi un échec. Il ne reste désormais plus qu'un vaisseau de fret japonais pour approvisionner l'avant-poste orbital.