La France et la Russie soldent le dossier Mistral

  • A
  • A
La France et la Russie soldent le dossier Mistral
@ JEAN-SEBASTIEN EVRARD/AFP
Partagez sur :

DENOUEMENT - L’Élysée a annoncé mercredi que François Hollande et Vladimir Poutine ont trouvé un accord pour clore le dossier des Mistral, dont la livraison avait été suspendue après l'ingérence russe en Ukraine et l'annexion de la Crimée.

Le dossier des Mistral, du nom de ces navires militaires construits par la France pour l'armée russe mais jamais livrés, est en passe de se conclure. Le président François Hollande et son homologue russe Vladimir Poutine sont parvenus à un accord sur la non-livraison des navires Mistral, dont la France aura "la pleine propriété et la libre disposition", a annoncé mercredi soir l'Elysée. François Hollande et Vladimir Poutine "se sont félicités du climat de partenariat amical et ouvert qui a marqué les négociations" et "se sont accordés sur le fait que, désormais, ce dossier était clos", conclut le communiqué présidentiel.

Les deux hommes "se sont entretenus cet après-midi afin de confirmer que la France et la Russie sont parvenues à un accord pour mettre un terme au contrat signé en 2011 qui prévoyait la livraison de deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral", selon le communiqué de l'Elysée. La Russie sera "exclusivement et intégralement remboursée des sommes avancées au titre du contrat".

Mistral AFP 1280

La livraison des navires Mistral à la Russie est suspendue en raison de la guerre en Ukraine © JEAN-SEBASTIEN EVRARD/AFP


Une grosse commande et un sérieux contretemps. Depuis son retour à la présidence en 2012, Vladimir Poutine s’est fixé pour objectif de remettre à niveau l’armée russe, tant pour le symbole qu’en raison du vieillissement de son équipement. Un réarmement entamé en fait dès 2011, avec la signature d’un contrat avec la France pour la livraison de deux navires de classe Mistral. Un type de bateau dont la Russie ne dispose pas, à savoir un navire d'assaut amphibie polyvalent permettant à la fois de déployer des forces aériennes (hélicoptères) et terrestres (troupes, chars, VBMR, etc.). Le contrat est signé en juin 2011 et estimé à 1,2 milliards d’euros.

Sauf que cette vente ne va pas se passer comme prévu : en raison de l’ingérence russe dans la crise ukrainienne, la France décide en septembre 2014 de suspendre la livraison des deux navires, quasiment achevés. Depuis, la Russie demandait à la France de respecter sa part du contrat ou de la rembourser.

Quelle somme la France a-t-elle versée à la Russie ? Le montant que la France a remboursé à la Russie s'élève à 800 millions d'euros, selon les informations d'Europe 1. Aucune indemnité de rupture du contrat, qui aurait pu faire exploser la note, ne sera versée à Moscou. Le versement a d'ores et déjà été effectué, précise l’Élysée.