La Corée du Nord tire une fusée, tollé international

  • A
  • A
La Corée du Nord tire une fusée, tollé international
Le tir de fusée longue portée a été diffusé sur la télévision officielle coréenne.@ YONHAP / NORTH KOREAN TV / AFP
Partagez sur :

Le tir de fusée longue portée de la Corée du Nord, qui viole plusieurs résolutions des Nations unies, a provoqué un tollé international immédiat. Le Conseil de sécurité de l'ONU se tient en urgence dimanche. 

L'ESSENTIEL

"Absolument intolérable", un acte "très dommageable", "une provocation insensée" … la communauté internationale condamne unanimement la décision de la Corée du Nord de passer outre les résolutions des Nations unies en tirant sa fusée longue portée.

Les trois informations à retenir :

  • La Corée du Nord a lancé sa fusée longue portée dimanche matin, un tir préparé depuis le début du mois. 

  • La communauté internationale condamne unanimement ce tir de fusée longue portée. Les Etats-Unis et leurs alliés estiment qu'il s'agit d'un essai mené dans le cadre du développement d'un missile balistique intercontinental capable de frapper les Etats-Unis.

  • Le Conseil de sécurité de l'ONU, qui s'est réuni en urgence, dimanche, "condamne fermement" et à l'unanimité 


Le tir est "une réussite" se félicite Pyongyang.  La Corée du Nord a lancé une fusée de longue portée dimanche matin en dépit des avertissements des Etats-Unis et de la Corée du Sud. Le tir, annoncé par le ministère sud-coréen de la Défense, est "une réussite" selon la télévision officielle du pays. Il a permis "de placer avec succès notre satellite d'observation de la Terre Kwangmyong 4 en orbite", a en effet assuré la présentatrice.

La fusée a été tirée vers 09 heures, heure locale depuis la base de lancement de missiles Dongchang-ri, dans le nord-ouest du pays. Ce tir était soupçonné depuis le début du mois par la télévision japonaise en raison du déploiement sur la côte Est de la Corée du Nord d'une rampe de lancement. La Corée du Nord a assuré que ce tir était effectué dans le cadre de son programme spatial. 

Une condamnation unanime. Suite à ce tir de fusée longue portée du régime de Kim Jong Un, les réactions des dirigeants internationales ne se sont pas faites attendre. En effet, ce lancement de fusée, qui viole plusieurs résolutions des Nations unies, a suscité un tollé international immédiat. Ainsi, l'Elysée, a appelé " à une réaction rapide et sévère" de communauté internationale "dès aujourd'hui". Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a dénoncé une "violation flagrante" des résolutions de l'ONU, Tokyo un tir "absolument intolérable", Moscou un acte "très dommageable".

Le Conseil de sécurité de l'ONU a également "condamné fermement le lancement", dans une déclaration unanime adoptée à l'issue de consultations à huis clos. Le Conseil s'engage à "adopter rapidement une nouvelle résolution", en chantier depuis plusieurs semaines, pour alourdir les sanctions contre Pyongyang en réponse à ce tir et au dernier essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier.



Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a, quant à lui, jugé le tir "profondément déplorable" alors que la présidente sud-coréenne Park Geun-Huye réclamait des "mesures punitives fortes" au Conseil de sécurité. "Nous condamnons fermement" ce lancement, a lui aussi déclaré le ministère des Affaires étrangères britannique dans un communiqué. Une condamnation également exprimé par le secrétaire général de l'Otan. "Je condamne fermement le lancement par la Corée du Nord d'une fusée utilisant la technologie de missile balistique, et qui fait suite à l'essai d'armes nucléaires de la Corée du Nord le 6 janvier", a déclaré Jens Stoltenberg dans un communiqué. Le Norvégien souligne que le lancement intervient en violation directe de cinq résolutions du conseil de sécurité des Nations unies.

Des premières réponses ? Suite ce tir de la Corée du Nord, les Etats-Unis et son allié, la Corée du Sud, réfléchissent déjà à une réponse. Ils ont décidé d'ouvrir des pourparlers officiels sur le déploiement dans la péninsule coréenne d'un système de défense antimissiles américain. Un système auquel Pékin s'oppose actuellement mais pour Washington, c'est une arme de dissuasion essentielle pour faire pièce au programme en développement de missiles balistiques de la Corée du Nord.