La CIA refuse d'informer Donald Trump sur les dossiers sensibles

  • A
  • A
La CIA refuse d'informer Donald Trump sur les dossiers sensibles
Une pétition circule pour que la CIA ne fournisse aucune information secrète à Donald Trump.@ John Sommers II / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

La CIA ne fait pas confiance à Donald Trump et refuse de l'informer, comme elle le fait habituellement avec les candidats à la présidentielle, sur les dossiers sensibles du moment.

Cela ressemble à un camouflet pour Donald Trump. Avant l’élection présidentielle aux États-Unis, la CIA n’informera pas le candidat républicain sur les principaux dossiers sensibles qu’elle traite actuellement.

Son lien avec la Russie. La tradition dure depuis 60 ans. L’agence de renseignement et de contre-espionnage briefe habituellement les candidats à la présidentielle américaine afin qu’ils soient prêts pour le jour J, lors de réunions organisées en toute discrétion. Mais la CIA ne fait visiblement pas confiance à l'imprévisible Donald Trump. Pour Leon Panetta, l'ancien chef de l'agence, donner des informations classées secret-défense au milliardaire est trop risqué. "Il dépasse les bornes. Je m’inquiète. Je me pose des questions sur sa capacité - ou plutôt son incapacité - à être un leader", a-t-il récemment déclaré. En cause, les appels du pied réguliers de Donald Trump à la Russie. "Ses dernières déclarations prouvent simplement qu’il n’est pas du tout qualifié pour être président des États-Unis", juge Leon Panetta. 

Une version édulcorée pour Trump ? Une pétition, qui rassemble déjà plus de 200.000 signatures, circule pour que la CIA ne divulgue aucun secret à Donald Trump. Un sénateur démocrate a également imaginé que l'agence de renseignement fournisse de fausses informations au candidat républicain. Les spécialistes du renseignement, eux, pensent surtout qu’on peut donner au candidat républicain une version édulcorée afin de limiter les risques. Si Donald Trump décidait de révéler des informations top-secrètes, il devrait en répondre un jour devant la justice. Mais avant cela, les électeurs américains devront trancher.