L'Irlande dans le rouge

  • A
  • A
L'Irlande dans le rouge
@ REUTERS
Partagez sur :

Les ministres des Finances de l'Eurogroupe sont réunis à Bruxelles pour évoquer une éventuelle aide.

La fragile santé financière de l'Irlande menace de nouveau la zone euro. Alors que le pays rechigne à demander de l'aide de l'Union européenne, les ministres des Finances des seize pays sont à Bruxelles mardi.

Que se passe-t-il en Irlande ?

L'Irlande est confrontée à une grave crise de son secteur bancaire suite à l'explosion d'une bulle immobilière. Le pays a vu les taux sur sa dette souveraine s'envoler la semaine dernière à des niveaux sans précédent, les investisseurs privés se délestant de leurs obligations par crainte que le pays n'arrive pas à juguler son déficit abyssal. Celui-ci devrait culminer à 32% du Produit intérieur brut (PIB) cette année à cause du renflouage des banques nationales.

Ce sont les banques irlandaises et non pas l'Etat en tant que tel qui pourraient avoir besoin d'une aide financière, a laissé entendre lundi le Premier ministre du pays. L'Irlande, sous pression de certains pays européens et de la BCE pour accepter une aide financière extérieure, s'est pour le moment refusée à demander l'aide de l'UE.

La crise irlandaise peut-elle se propager aux autres pays ?

Le reste de la zone euro s'inquiète d'une contagion à des pays comme le Portugal, la Grèce ou l'Espagne, dont les taux d'emprunt à long terme ont également flambé. La situation en Irlande suscite des "tensions" et des inquiétudes pour la stabilité financière "dans l'ensemble de la zone euro", a estimé lundi la Commission européenne.

Le vice-président de la banque centrale européenne Vitor Constancio a pourtant estimé mardi que la situation irlandaise ne risquait pas de se propager au Portugal. La ministre de l'Economie espagnole Elena Salgado a elle aussi assuré mardi qu'il n'y avait "aucune raison" que son pays soit affecté par la situation de l'Irlande et du Portugal.

Que peut faire l'UE ?
La zone euro s'est dotée depuis le printemps, suite à la crise grecque, d'un mécanisme d'aide financière disponible si nécessaire pour les pays qui en auraient besoin. Dans un premier temps, la Commission européenne peut mettre à disposition une enveloppe de prêts de 60 milliards d'euros garantis par l'UE. Cette décision peut être prise assez rapidement.

Au-delà, le pays concerné devrait faire appel au Fonds européen de stabilité financière, qui prévoit une enveloppe de 440 milliards d'euros de garanties de prêts de ses partenaires de l'Union monétaire. La mise en place de ce dispositif est toutefois plus lourde. Il est complété en outre par des prêts potentiels du FMI à hauteur de 250 milliards d'euros.

Dominique Strauss-Kahn, le directeur général du FMI, s’est dit prêt à intervenir à tout moment. «Si à un moment donné, demain, dans deux mois ou deux ans, l’Irlande a besoin du soutien du FMI, nous serons prêt» a-t-il indiqué.