L'ETA fait un pas de plus vers le désarmement total

  • A
  • A
L'ETA fait un pas de plus vers le désarmement total
En octobre 2011, l'organisation indépendantiste avait annoncé la fin de son activité armée, sans toutefois se dissoudre.@ REUTERS/Vincent West
Partagez sur :

L’organisation séparatiste a annoncé avoir démantelé les "structures logistiques" de ses actions armées, selon un journal proche du mouvement.

L'INFO. Le groupe séparatiste basque ETA a annoncé avoir démantelé les "structures logistiques et opérationnelles" de ses actions armées, un pas supplémentaire vers le désarmement total, a rapporté dimanche un journal proche du mouvement. Le journal basque  Garacite une déclaration envoyée par l'ETA, indiquant que le groupe a achevé le "démantèlement des structures logistiques et opérationnelles liées à la conduite de la lutte armée".
Vers "une confrontation démocratique". Ce changement vise à transformer  "une confrontation armée en une confrontation démocratique", souligne le journal. ETA est responsable de la mort de 829 personnes durant ces quarante dernières années, procédant par attentats à la bombe et assassinats, militant pour l'indépendance du Pays basque.

>> LIRE AUSSI - L'ETA va se débarrasser de ses armes

Mettre "hors d'usage" son arsenal. En octobre 2011, l'organisation indépendantiste avait annoncé la fin de son activité armée, sans toutefois se dissoudre. Depuis, l'organisation s'est engagée, le 1er mars dernier, à mettre "hors d'usage" son arsenal. Elle confirmait ainsi l'annonce faite par la Commission internationale de vérification, l'un des groupes, non reconnu par Madrid, travaillant au suivi du cessez-le-feu, qui avait constaté pour la première fois qu'ETA avait "scellé et mis hors d'usage une certaine quantité d'armes".

Des négociations avec Madrid au point mort. Pour avancer dans le processus de sa dissolution, l'ETA réclame notamment des négociations avec les gouvernements français et espagnol, qui les refusent, et le regroupement au Pays Basque de ses militants détenus, dispersés actuellement dans des prisons des deux pays.
.