Kirghizstan : des détenus se cousent les lèvres

  • A
  • A
Partagez sur :

Plus de 400 détenus de deux prisons du Kirghizstan se sont cousu les lèvres pour protester contre l'interdiction qui leur est faite de se déplacer librement dans leur lieu de détention, a indiqué mardi le chef des services pénitentiaires kirghiz (GSIN).

"Dans le centre de détention provisoire N°1 (...) 385 personnes se sont cousu les lèvres. Soixante et une personnes du centre pénitentiaire n°8 ont rejoint ce mouvement", a expliqué le chef du GSIN, Cheïchenbek Baïzakov.

Selon lui, les détenus réclament de pouvoir se déplacer librement dans leur prison et de "continuer à pouvoir se moquer des gardiens". "Cela n'arrivera plus! Qu'ils se cousent tous la bouche!", a lancé Cheïchenbek Baïzakov, lors d'une conférence de presse à Bichkek, capitale du Kirghizstan, une ex-république soviétique d'Asie centrale.

Les prisons du Kirghizstan sont régulièrement depuis 2005 le théâtre de soulèvements, de grèves de la faim et d'actes d'automutilation, généralement pour dénoncer les conditions de détention. Les autorités kirghizes accusent pour leur part le crime organisé d'orchestrer ces révoltes afin de régner en maître sur les trafics dans les lieux de détention.