Kennedy "ne peut pas avoir été tué" par Oswald

  • A
  • A
Kennedy "ne peut pas avoir été tué" par Oswald
A 19h30, une minute de silence observée à Dallas (Texas) devait marquer l'instant précis où John F. Kennedy tombait, le 22 novembre 1963 à Dealey Plaza, sous les balles de Lee Harvey Oswald, selon l'enquête officielle de la Commission Warren.@ Reuters
Partagez sur :

REPORTAGE - Les "conspirationnistes" ne croient pas à la théorie du tueur solitaire et cherchent toujours les commanditaires.  

L’INFO. Le mythe Kennedy est toujours aussi vivace. La preuve : le pays tout entier organise vendredi messes, minutes de silence, lectures et commémorations afin de se recueillir pour honorer la mémoire du 35e président des Etats-Unis, mort il y a très exactement cinquante ans. Pour "pleurer la perte d'un extraordinaire serviteur de l'Etat, visionnaire et sage idéaliste", les drapeaux des bâtiments officiels devaient être baissés à mi-mât, a annoncé jeudi le président Barack Obama en proclamant la journée du 22 novembre "Jour du souvenir du président John F. Kennedy".

A Dallas, surnommée "la cité de la haine" à cause de l'assassinat, une cérémonie doit être organisée. Mais certains passionnés, qui ont fait le déplacement, n'acceptent toujours pas la thèse officielle. Celle d'un tireur solitaire, Lee Harvey Oswald, tué quelques jours plus tard.

21.11.13 Photo prise quelques minutes avant l'assassinat de JFK

© (Reuters)

Marcel se procure une caméra d’époque. Ces "conspirationnistes" viennent de partout et chacun a sa spécialité : la balistique, le passé du suspect Oswald, etc. Pour Marcel qui vient juste d’atterrir de Belgique, ce sont les images de l’assassinat. Il a passé des années à les analyser. "Je me suis procuré dans un premier temps la même caméra qu’Abraham Zapruder (l'homme qui a filmé l’assassinat de JFK, ndlr), ainsi que d’autres appareils photos de tous les gens qui étaient présents sur le Dealey Plaza (le lieu de l’assassinat, ndlr). J’ai procédé à des tests", explique-t-il au micro d’Europe 1. "Mais je suis surtout rentré en contact avec les témoins de l’époque. J’en suis arrivé à la conclusion que Kennedy ne peut pas avoir été tué par Lee Harvey Oswald", affirme-t-il.


Il y a quelque chose qui cloche, ils en sont tous convaincus. Parmi les "conspirationnistes", personne ne croit à la version officielle : celle d’un homme seul. Chacun a ses hypothèses, comme le nombre de coups de feu tirés, l’emplacement des tireurs, mais personne n’a vraiment de conclusions définitives. La grande question qui reste en suspend, c’est celle de la raison qui a pu pousser Lee Harvey Oswald à tirer sur le président des Etats-Unis. Cela obsède Pierre, ingénieur dans la vie et enquêteur sur son temps libre : "le personnage qu’on nous a présenté, le paumé qui, un matin, décide de prendre son arme et d’aller tuer le président, ce n'est pas crédible". Pierre se demande donc ce qui "se cache derrière Oswald". "Beaucoup de choses ont été déclassifiées mais certaines ont été barrées, gommées…", déplore-t-il. Il est persuadé qu’un jour, il connaîtra la vérité : "rien ne résiste à l’histoire".

Les conspirationnistes évacués. Mais ces théories du complot n’auront pas le droit de cité vendredi sur Dealey Plaza. Tous ceux qui étaient en train de vendre livres, DVD et photos ont dû démonter leurs petits stands. La ville ne veut pas les voir pendant les commémorations. Les seuls spectateurs autorisés ont vu leur profil vérifié et validé par la police de Dallas.

sur le même sujet

• ARCHIVES : JFK, l'onde de choc mondiale

• ROAD TRIP - Europe 1 sur les traces de JFK

 • RÉCIT - Deux journalistes se souviennent