Julian Assange peut être extradé

  • A
  • A
Julian Assange peut être extradé
@ REUTERS
Partagez sur :

La justice britannique a accepté son extradition vers la Suède. Le fondateur de WikiLeaks va faire appel.

C’est la décision que redoutaient les avocats de Julian Assange. Le tribunal londonien de Belmarsh a jugé recevable jeudi la demande d'extradition du fondateur de WikiLeaks vers la Suède, où il est soupçonné de viols.

Assange va faire appel

"Nous allons faire appel", a immédiatement annoncé au tribunal Geoffrey Robertson, qui dirige l'équipe d'avocats de Julian Assange. Ce dernier, en costume sombre et cravate, n'a pas cillé à l'énoncé de la décision intervenant après trois mois d'instruction.

Ses avocats avaient tenté d'empêcher cette extradition en affirmant qu'il ne bénéficierait pas d'un procès équitable en Suède. Il s'agit selon eux d'un "abus de droit" : la justice suédoise n'aurait nullement besoin d'extrader Julian Assange pour l'entendre.

La justice suédoise souhaite, en effet, auditionné l'Australien, âgé de 39 ans, après des accusations d'agression sexuelle et de viol, portées par deux Suédoises pour des faits remontant au mois d'août dernier.

De son côté, l'avocat des deux jeunes Suédoises à l'origine des poursuites a jugé "regrettable" que cette extradition soit retardée par un appel du fondateur de WikiLeaks. "Il est regrettable que cela ait déjà pris autant de temps et que ça dure encore plus longtemps. Assange devrait respecter les principes qu'il a exprimés à travers WikiLeaks et prendre ses responsabilités. J'ai dit à mes clientes que j'espérais que cela sera terminé avant l'été", a assuré l'avocat à l'agence suédoise TT.

Arrêté en décembre 2010

Julian Assange a été arrêté début décembre à Londres dans le cadre du mandat d'arrêt lancé par la Suède, avant d'être libéré sous caution. Le fondateur de WikiLeaks réside, pour l'heure, chez un ami à plusieurs heures de route de Londres.

Les partisans du fondateur de WikiLeaks estiment que l'affaire vise à discréditer le travail du site internet WikiLeaks, qui a diffusé de nombreux câbles diplomatiques américains confidentiels. Ces révélations ont profondément embarrassé Washington et de nombreuses capitales.