Jugé pour corruption, l'héritier Samsung affirme qu'il ne prenait aucune décision

  • A
  • A
Jugé pour corruption, l'héritier Samsung affirme qu'il ne prenait aucune décision
"Je n'avais aucune idée de ce qui se disait" lors du Bureau des stratégies d'avenir de Samsung, a affirmé Lee Jae-Yong.@ JUNG YEON-JE / POOL / AFP
Partagez sur :

Lee Jae-Yong, vice-président de Samsung Electronics, a assuré qu'il n'était pas partie prenante dans le scandale de corruption.

L'héritier du géant sud-coréen Samsung a expliqué mercredi qu'il ne jouait aucun rôle dans les prises de décision du groupe, à son procès pour corruption dans le scandale qui a causé la perte de l'ex-présidente Park Geun-Hye.

"Je n'avais aucune idée de ce qui s'y disait". C'est la première fois que Lee Jae-Yong, vice-président de Samsung Electronics et fils du président du groupe Samsung, Lee Kun-Hee, est questionné par le parquet depuis le début de son procès en mars. Lee Jae-Yong, 49 ans, actuellement en détention provisoire, s'est incliné légèrement devant les trois juges à son arrivée à la barre, sous le regard de ses coprévenus, d'une armée d'avocats et d'une salle d'audience bondée. "Je n'ai participé à aucune" des réunions hebdomadaires ordinaires du Bureau des stratégies d'avenir (BSA) du groupe Samsung, a-t-il déclaré. "Je n'avais aucune idée de ce qui s'y disait."

L'héritier du plus grand "chaebol" du pays, comme sont appelés les conglomérats sud-coréens, et quatre autres cadres dirigeants de Samsung sont accusés d'avoir soudoyé la confidente de l'ombre de l'ex-présidente. Selon l'accusation, il s'agissait d'obtenir les faveurs de Park Geun-Hye et l'aval des autorités à la fusion controversée de deux des unités de Samsung, Cheil Industries et C&T, en 2015. Cette fusion était considérée comme une étape clé pour la transition en douceur au sommet du groupe Samsung, qui pèse un cinquième du PIB sud-coréen.

"J'exprimais rarement mon opinion". Lee Jae-Yong a expliqué qu'il était "directement impliqué dans les décisions managériales de Samsung Electronics" - le premier fabricant mondial de smartphones - mais que sa connaissance des autres départements du groupe "était bien plus limitée". "J'exprimais rarement mon opinion et j'écoutais la plupart du temps les autres cadres", a-t-il ajouté, expliquant avoir simplement "suivi les conseils" du BSA au sujet de la fusion.