Journée de manifestation en Ukraine, heurts en Crimée

  • A
  • A
Journée de manifestation en Ukraine, heurts en Crimée
Des partisans des nouvelles autorités ukrainiennes à Simferopol , en Crimée, dimanche 9 mars.@ REUTERS/Thomas Peter
Partagez sur :

UKRAINE - De Kiev à Sébastopol, en Crimée, des manifestations pro et anti russes émaillées de heurts ont secoué le pays. 

Affrontements en Crimée. Des heurts ont éclaté dimanche 9 mars dans la ville de Crimée de Sébastopol entre les partisans de Moscou et les soutiens de Kiev. Les affrontements ont eu lieu à l'issue d'un rassemblement d'ukrainophones, en commémoration du 200ème anniversaire de la naissance  du poète ukrainien Taras Chevtchenko, symbole de l'indépendance de l'Ukraine.

Des journalistes pris pour cible. Une centaine d'hommes armés de matraques ont attaqué le service d'ordre qui protégeait un rassemblement en hommage au poète. Deux cents personnes ont participé à ce rassemblement, rare dans la péninsule séparatiste de Crimée, occupée depuis fin février par des forces russes. Signe d'une détérioration du climat en Crimée, les journalistes ukrainiens et étrangers, accusés d'être à la solde des grandes puissances, sont désormais la cible de militants pro-russes. Ces derniers jours, plusieurs d'entre eux ont été passés à tabac ou dépouillés de leur matériel.

Une manifestation en faveur des nouvelles autorités ukrainiennes à Simferopol, en Crimée :

© REUTERS/Thomas Peter

Grand rassemblement à Kiev. Dans la capitale ukrainienne, un grand rassemblement de soutien au nouveau pouvoir a également eu lieu. Il a suivi d'un concert au Maïdan, théâtre pendant trois mois d'un mouvement de contestation sévèrement réprimé par la police avec des dizaines de morts avant la chute du président Viktor Ianoukovitch et sa fuite en Russie.

Un journaliste de Buzzfeed a publié sur son compte Twitter une photographie du rassemblement :



Pas "un centimètre de sa terre" pour la Russie. A cette occasion, le nouveau premier ministre, Arseni Iatseniou, a réaffirmé que l’Ukraine ne cédera pas "un centimètre de sa terre" à la Russie. “Que la Russie et son président le sachent", a-t-il déclaré à l’adresse de Moscou, qui a pris le contrôle de la péninsule de Crimée depuis fin février.

Face à face des manifestations. Face à la mobilisation des partisans des nouvelles autorités ukrainiennes, les pro-Russes ont également prévus de rassembler à Donetsk, dans l’est du pays favorable à Moscou. Leurs adversaires, qui prônent la souveraineté de l'Ukraine, pourraient également battre le pavé. 

Des manifestants pro-Russes à Donetsk  le 8 mars

© REUTERS/Konstantin Chernichkin

Russes et américains toujours en contact. Sur la scène diplomatique, malgré d'intenses consultations, Occidentaux et Russes n'ont pas réussi à trouver une issue à la pire crise dans leurs relations depuis la chute de l'Union soviétique en 1991.Les chefs de la diplomatie russe et américain Sergueï Lavrov et John Kerry ont de nouveau parlé au téléphone samedi et ont convenu de "poursuivre leurs contacts intensifs", selon Moscou."La poursuite d'une escalade militaire et de provocation en Crimée ou ailleurs en Ukraine, de même que les mesures pour annexer la Crimée par la Russie, fermeraient la porte à la diplomatie", a martelé M. Kerry. 

sur le même sujet, sujet,

Les observateurs de l'OSCE empêchés d'entrer en Crimée

Pourquoi Moscou veut mettre la main sur la Crimée

Que veulent les Tatars de Crimée ?

Crimée : va-t-on vers un scénario de guerre froide ?