John Kerry, Israël et l'"Etat d'apartheid"

  • A
  • A
John Kerry, Israël et l'"Etat d'apartheid"
John Kerry a démenti avoir qualifié Israël d'"Etat d'apartheid".@ REUTERS
Partagez sur :

RÉTROPÉDALAGE - Le secrétaire d'Etat américain a démenti avoir qualifié Israël d'"Etat d'apartheid". Tout en reconnaissant à demi-mots avoir utilisé le terme en privé.

John Kerry dément... tout en reconnaissant presque avoir prononcé les mots qui fâchent. Le secrétaire d'Etat américain a assuré avec force lundi soir qu'il n'avait jamais qualifié Israël d'"Etat d'apartheid". Mais il a reconnu aussi à demi-mots avoir employé ce terme lors d'une réunion privée vendredi. 

Un enregistrement de ses propos. Tout a commencé lundi matin quand le site The Daily Beast a rapporté que le chef de la diplomatie américaine avait averti Israël du risque de devenir un Etat d'"apartheid" s'il ne faisait pas la paix rapidement avec les Palestiniens. D'après ce média, affirmant détenir un enregistrement de ces propos, John Kerry a fait cette remarque vendredi lors d'une réunion à huis clos d'un centre de réflexion à Washington.

"J'aurais choisi un autre mot". Dans un communiqué publié lundi soir, John Kerry dément avec force, assurant : "je ne crois pas, ni n'ai jamais déclaré publiquement ou dans le privé qu'Israël était un Etat d'apartheid ou qu'il avait l'intention de le devenir". Le secrétaire d'Etat concède cependant avoir prononcé ces mots : "je ne suis pas tombé de la dernière pluie pour savoir aussi que les mots ont le pouvoir d'être mal interprétés, même de manière non intentionnelle, et si je pouvais rembobiner la bande, j'aurais choisi un autre mot".

"Kerry honte à vous !". Il faut dire qu'en Israël, ce mot a fait polémique. Israel Katz, le ministre israélien des Transports, a ainsi écrit sur sa page Facebook : "Kerry honte à vous ! Il y a des mots que l'on ne peut pas employer". Aux Etats-Unis aussi, le chef de la diplomatie a été critiqué dans le camp républicain, notamment par le sénateur du Texas Rafael Edward Cruz, qui a réclamé sa "démission". 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460_scalewidth_460

DIPLOMATIE - Clash entre Israël et les Etats-Unis

REACTION - Nucléaire iranien : Israël est méfiant

ZOOM - Où en sont les négociations israélo-palestiniennes ?