Japon : un volcan situé près d'une centrale nucléaire menace d'entrer en éruption

  • A
  • A
Japon : un volcan situé près d'une centrale nucléaire menace d'entrer en éruption
Le volcan Sakurajima, dans le sud du Japon, menace d'entrer en éruption.@ JIJI PRESS / AFP
Partagez sur :

Le volcan Sakurajima, dans le sud du pays, est situé à 50 kilomètres d'un réacteur nucléaire qui vient d'être redémarré.

Ces dernières heures, les autorités ont enregistré une activité sismique croissante autour du mont Sakurajima. Le niveau d'alerte pour ce volcan du sud du Japon, situé à 50 kilomètres d'un réacteur nucléaire qui vient d'être redémarré, a été relevé samedi au niveau 4, sur une échelle de 1 à 5. L'agence de météorologie nationale japonaise estime que "La probabilité d'une éruption à grande échelle du mont Sakurajima est désormais très forte" et les habitants doivent se tenir prêts à une éventuelle évacuation.

Entre 500 et 1.000 petites éruptions chaque année. Ce n'est pas la première fois que le volcan menace d'entrer en éruption. Depuis 2009, le Sakurajima connaît de 500 à 1.000 petites éruptions chaque année et en 2013, une éruption spectaculaire avait dispersé des cendres dans toute la région. Mais cette nouvelle éruption possible ne pouvait pas plus mal tomber : mardi dernier, le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Sendai a été relancé, plus de quatre ans après l'accident de Fukushima qui a traumatisé la population et entraîné l'arrêt de toutes les centrales du pays depuis septembre 2013. 

Les habitants perplexes. Une seconde unité, Sendai 2, devrait suivre assez rapidement, malgré les protestations des organisations antinucléaires, opposés à une relance qui, selon elles, fait fi des risques sismiques et volcaniques. Les habitants de cette petite île volcanique, qui compte plus de 4.000 résidents, sont quant à eux perplexes. Et la majorité de la population japonaise semble douter de l'opportunité de relancer le nucléaire. D'après un sondage publié le 9 août par un quotidien japonais, 57% des Japonais étaient opposés au redémarrage du réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Sendai.