Japon : 13 cuves de réacteurs nucléaires viennent en partie du même fabricant que Flamanville

  • A
  • A
Japon : 13 cuves de réacteurs nucléaires viennent en partie du même fabricant que Flamanville
La centrale de Fukushima a des cuves venant du même fabricant qu'à Flamanville.@ TORU HANAI / POOL / AFP
Partagez sur :

Les cuves de treize réacteurs nucléaires japonais ont été forgées, en partie, par le même fabricant que celles de Flamanville.

Les cuves de treize réacteurs nucléaires du Japon, dont celles de deux unités en service, ont été en partie forgées par le même fabricant que pour la tranche de Flamanville (France) où des anomalies de qualité de l'acier ont été détectées, a-t-on appris auprès des entreprises nippones concernées.

Un fabricant commun pour les pièces cruciales. Dans des rapports publiés en fin de semaine par les exploitants japonais de centrales atomiques, apparaît pour treize réacteurs le nom Japan Casting & Forging Corp (JCFC) en tant que fabricant de la partie inférieure de la cuve ou du couvercle. Tokyo Electric Power (Tepco) indique ainsi que sont notamment concernées deux des quatre unités de la centrale Fukushima Daini, arrêtée car en partie endommagée par le tsunami de mars 2011. Ce site, dont le démantèlement n'a pas encore été décidé, est situé à une douzaine de kilomètres de Fukushima Daiichi, installation la plus durement touchée par la catastrophe et dont les six réacteurs sont condamnés.

Dans le sud-ouest du Japon, les unités Sendai 1 et 2 (Kyushu Electric Power), deux des trois relancées dans l'archipel, sont aussi équipées de cuves en partie forgées par JCFC. Idem pour l'unité Ikata 2 (Kansai Electric Power), Takahama 2, Oi 1 et 2 ou encore Tsuruga 2, actuellement hors service. Les opérateurs de ces unités ont remis leurs documents vendredi à l'Autorité de régulation nucléaire qui leur avait ordonné de vérifier les noms des fabricants des pièces cruciales, dont le fond et le couvercle de la cuve sous pression.

Seulement trois réacteurs opérationnels. Des contrôles plus poussés vont désormais devoir être effectués pour les 13 réacteurs concernés d'ici au 31 octobre, selon l'autorité. Sur un parc de 42 unités (contre 54 avant l'accident de Fukushima), il n'y a actuellement que trois réacteurs opérationnels dans l'archipel, dont l'un, Ikata 3 (sud-ouest), vient d'être relancé mais n'est pas encore commercialement exploité. Les tranches Sendai 1 et 2, relancées en 2015, doivent être stoppées respectivement en octobre et décembre, pour une durée de deux à trois mois, afin de réaliser un entretien.

Les vérifications demandées aux compagnies japonaises découlent de la découverte en France d'un défaut dans la composition de l'acier du couvercle et du fond de la cuve de l'EPR en construction à Flamanville. A la demande de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française, EDF a dû mener des analyses dans ses 58 centrales en France et recensé ainsi 18 réacteurs dont les fonds des générateurs de vapeur fabriqués par Creusot Forge ou par JCFC pourraient être concernés par une anomalie similaire.