Istanbul : huit suspects arrêtés dans l'enquête sur l'attentat du Nouvel an

  • A
  • A
Istanbul : huit suspects arrêtés dans l'enquête sur l'attentat du Nouvel an
Une grande bâche a été installée devant la discothèque Reina, @ YASIN AKGUL / AFP
Partagez sur :

Après la fusillade qui a fait 39 morts dans une discothèque d'Istanbul le soir de la Saint-Sylvestre, l'assaillant est toujours en fuite. L'attentat a été revendiqué par l'Etat islamique, lundi.

L'ESSENTIEL

La police a indiqué lundi avoir arrêté huit suspects après la fusillade qui a fait 39 morts, dans la nuit de la Saint-Sylvestre, dont plusieurs étrangers, dans une boîte de nuit huppée d'Istanbul. Un peu plus tôt, le groupe État islamique a revendiqué l'attaque.

    Les infos à retenir

  • La fusillade dans une discothèque a fait 39 morts 

  • Le groupe EI a revendiqué l'attaque

  • Une Franco-Tunisienne fait partie des victimes

  • Huit suspects ont été arrêtés

Que s'est-il passé lors de l'attaque ? A 1h15, dans la nuit de samedi à dimanche, un homme armé d'un fusil d'assaut s'est présenté devant le Reina, une boite de nuit d'Istanbul. Après avoir tué un policier et un civil qui étaient postés devant l'entrée, l'assaillant a ouvert le feu sur la foule. Environ 700 à 800 personnes se trouvaient à l'intérieur de l'établissement pour fêter le passage à la nouvelle année.

Que sait-on des victimes ? Selon le ministre de l’intérieur turc, Süleyman Soylu, 39 personnes ont été tuées, dont 15 étrangers. Il y a aussi 65 blessés, dont trois dans un état grave. Pour le moment, 21 corps ont été identifiés. Parmi ces victimes, on compte une Franco-Tunisienne de 32 ans. "Son époux, de nationalité tunisienne, est également décédé", a précisé le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.

Une Israélienne, un Belgo-turc, deux Indiens, trois Libanais, trois Jordaniens, trois Irakiens, plusieurs Saoudiens, un Libyen, un Koweïtien figurent également parmi les victimes étrangères, selon les autorités des pays concernés.

Attentat-a-Istanbul-qui-etait-la-victime-franco-tunisienne

Que sait-on du suspect ? Le Premier ministre turc Binali Yildirim a précisé que l'agresseur avait laissé son arme sur les lieux et "profité de l'anarchie pour s'enfuir". "Une chasse à l’homme est en cours", a-t-il précisé dimanche. "La police a lancé des opérations. Nous espérons que l’assaillant sera rapidement capturé". Selon les autorités turques, l'homme serait d'origine kirghize ou ouzbek. Le Premier ministre turc a également qualifié d' "infondées" les informations de presse selon lesquelles l'homme était déguisé en Père Noël. Lundi, la police a annoncé avoir arrêté huit suspects.

L'EI revendique l'attentat. Dans un communiqué publié lundi, le groupe État islamique a revendiqué être à l'origine de l'attentat. Le groupe djihadiste précise qu'"un des soldats du califat" a mené l'attaque contre l'établissement Reina. Dimanche, Murat Karayilan, l'un des chefs du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, le principal groupe séparatiste kurde, avait écarté toute implication des "forces kurdes" dans l'assaut contre la discothèque. Un groupe radical kurde, le TAK, était à l'origine de la dernière attaque meurtrière à Istanbul, il y a à peine trois semaines. Elle avait fait 45 morts.