Israël : un ministre démissionnaire dénonce "l'extrémisme" du gouvernement

  • A
  • A
Israël : un ministre démissionnaire dénonce "l'extrémisme" du gouvernement
Avigdor Lieberman et Benjamin Netanyahu.@ MENAHEM KAHANA / AFP
Partagez sur :

Avi Gabay a démissionné du ministère de l'Environnement en protestation de la nomination d'Avigdor Lieberman, membre d'un parti d'extrême-droite. 

Le ministre israélien de l'Environnement Avi Gabay a démissionné vendredi pour protester contre la prochaine entrée au gouvernement de l'ultranationaliste Avigdor Lieberman, nommé à la tête du ministère de la Défense.

La majorité maintenue. Avi Gabay, membre du parti de centre-droit Koulanou, a qualifié le gouvernement remanié "d'extrémiste". Sa démission reflète les dissensions au sein du cabinet de Benjamin Netanyahu mais n'aura pas d'impact sur la majorité parlementaire de la coalition de droite, Avi. Gabay n'étant pas député.

Plus d'"extrémisme" dans la société. "Je ne peux pas accepter le départ de M. Yaalon, un ministre de la Défense professionnel", qui a dénoncé une tendance grandissante vers l'extrémisme au sein du Likoud et d'Israël en général, a affirmé vendredi Avi Gabay. "Le pays a le droit d'avoir un gouvernement de droite mais je ne crois pas qu'il soit juste de former un gouvernement extrémiste", a-t-il ajouté. "Les événements politiques récents et le changement de ministre de la Défense sont pour moi des événements graves qui font fi de ce qui est important pour la sécurité de l'Etat et vont exacerber un peu plus l'extrémisme dans la société", a-t-il encore estimé.

Les États-Unis inquiets. Après une semaine de laborieuses discussions, Benjamin Netanyahu avait conclu mercredi un accord sur l'entrée dans son gouvernement de Avigdor Lieberman, qui a promis de se montrer "responsable" face aux interrogations sur un durcissement de la politique vis-à-vis des Palestiniens. Avigdor Lieberman doit être investi la semaine prochaine à la tête du ministère de la Défense, qui supervise les Territoires palestiniens occupés. Mercredi, les États-Unis ont exprimé, de manière exceptionnelle, une inquiétude quant à la politique à venir d'Israël à l'égard des Palestiniens.