Irlande : AAA, ce parti anti-austérité sur les traces de Syriza

  • A
  • A
Irlande : AAA, ce parti anti-austérité sur les traces de Syriza
@ PETER MUHLY / AFP
Partagez sur :

Les partis anti-austérité fleurissent en Europe. Après la victoire de Syriza en Grèce et le succès populaire de Podemos en Espagne, c'est au tour de l'Alliance anti-austérité irlandaise de faire parler d'elle.

Pas besoin d'être plongé dans une crise sans précédent pour voir la gauche radicale s'épanouir. L'Irlande a beau afficher une croissance de 4.7% et ne plus être sous la coupe de la troïka depuis la fin de l'année 2013, le pays, chantre du dumping fiscal et grand bénéficiaire de la dérégulation financière dans les années 2000, se découvre un intérêt pour les politiques très à gauche.

Des politiques portées par un parti au sigle équivoque : AAA. Il ne s'agit pas des notations financières des agences Moddy's ou Standard and Poor's, mais de l'acronyme d'Alliance anti-austérité, né en mai dernier. A un an des prochaines élections générales, ce tout jeune parti se découvre une nouvelle popularité, dans le sillage de la victoire de Syriza en Grèce.

>> LIRE AUSSI - L'Irlande retrouve son indépendance économique

• Pourquoi la gauche radicale s'installe en Irlande ?

 Il faut dire que la gauche radicale irlandaise a trouvé un terreau fertile dans la politique économique menée par l'actuelle Premier ministre Enda Kenny ces dernières années. Une politique stricte et efficace qui a permis au pays de sortir rapidement de sortir du cercle de l'austérité. Mais à quel prix. Cette politique a réveillé dans la population irlandaise un sentiment contestataire, cristallisé notamment autour de la facturation de l'eau. Historiquement gratuite, l'eau est devenue payante, une des contreparties exigées par la troïka suite au plan de sauvetage de l'Irlande. Conséquence immédiate, des manifestations exceptionnelles dans tout le pays. Ils étaient 120.000 dans les rues en novembre dernier pour témoigner d'un ras-le-bol généralisé. "Il ne s'agit pas que de l'eau, mais de ce qui s'est passé ces cinq dernières années", expliquait à l'époque un manifestant au journal Le Monde

irlande-1280

© PETER MUHLY / AFP

Politiquement, les prémices de cet engouement pour la gauche radicale se sont faits sentir lors d'une élection législative partielle : 57% des électeurs ont voté pour des candidats partisans de la gratuité de l'eau. Un désaveu pour la majorité gouvernementale et sa politique économique, dont la population a du mal à mesurer les retombées. Un contexte idéal pour l'AAA, qui martèle sans relâche le même message, porté par son jeune leader Paul Murphy : "Les 99% des gens "ordinaires" voient qu'on fabrique une reprise pour les 1% des riches aux dépens du reste de la population qu'on continue à saigner"  

•  Comment se définit l'AAA ?

 Comme ses frères méditerranéens, l'AAA est porté par un jeune leader charismatique. Si Podemos et Syriza ont Pablo Iglesias (37 ans) et Alexis Tsipras (41 ans), le parti irlandais a Paul Murphy (32 ans). Ce jeune politicien a remporté une victoire surprise lors de législatives à Dublin, coiffant sur le poteau le candidat de la gauche traditionnelle. Comme Podemos s'est appuyé sur la dynamique des Indignados en espagne, l'AAA est né d'un mouvement de contestation populaire (contre la facturation de l'eau en Irlande), ce dont se félicite le jeune leader : "Pour la première fois, le peuple, irlandais a pris conscience de sa force, les gens se sont organisés d'eux-mêmes dans leurs quartiers, sans être instrumentalisés", se réjouit-il. Lui-même, très engagé dans le collectif contre la fin de la gratuité de l'eau,  a été arrêté par la police lundi 9 février, explique le Irish Times (en anglais). De quoi susciter un sentiment de solidarité auprès des manifestants.

Cependant, l'AAA affirme ne pas vouloir devenir une simple copie de Syriza ou de Podemos et va devoir trouver son modèle. Avec une difficulté supplémentaire par rapport à ses alter ego grecs et espagnols, une particularité propre au paysage politique : le Sinn Fein, la branche politique des indépendantistes irlandais, très installé, porte déjà un discours anti-austérité. Et pèse lourd dans les sondages. Trouver sa place sur le spectre politique irlandais, trouver son identité au sein des gauches radicales européennes, tel est le défi que devra relever l'AAA pour s'imposer. Et le plus tôt sera le mieux : les prochaines élections générales se tiendront dans à peine plus d'un an, en avril 2016.