Iran : la frontière terrestre avec le Kurdistan irakien reste ouverte

  • A
  • A
Iran : la frontière terrestre avec le Kurdistan irakien reste ouverte
A plusieurs reprises, Téhéran a indiqué son opposition au référendum d'indépendance qui se déroule lundi au Kurdistan irakien. @ AFP
Partagez sur :

Téhéran avait d'abord annoncé que la frontière avec le Kurdistan irakien risquait d'être close. Seule la frontière aérienne est fermée.

L'Iran a affirmé lundi que sa frontière terrestre avec le Kurdistan irakien restait ouverte, revenant sur une précédente déclaration du porte-parole du ministère des Affaires étrangères iraniens. La frontière terrestre entre l'Iran et la région du Kurdistan irakien est ouverte ; cette frontière n'a pas été fermée. Pour l'instant, seule la frontière aérienne entre l'Iran et cette région est fermée", indique un bref communiqué du ministère des Affaires étrangères iranien.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, avait déclaré un peu plus tôt à la presse que son pays avait fermé ses "frontières terrestres et aériennes" avec le Kurdistan irakien, "à la demande du gouvernement" de Bagdad. Bahram Ghassemi avait qualifié d'"illégal et illégitime le référendum" d'indépendance organisé lundi par la région autonome du Kurdistan irakien en dépit de l'opposition de Bagdad et des pays voisins.

Les vols au départ d'Erbil, interdits en Iran. Dimanche, Téhéran avait annoncé qu'il interdisait jusqu'à nouvel ordre tous les vols entre l'Iran et les aéroports d'Erbil et de Souleiymanieh, au Kurdistan irakien, ainsi que tous les vols au départ de cette région transitant par l'espace aérien iranien. "L'Iran est attaché à l'intégrité territoriale, la souveraineté nationale et l'évolution démocratique de l'Irak et toute action contraire à ces principes (...) pourrait nuire à tous, en particulier aux Kurdes", a déclaré encore Bahram Ghassemi.

Six millions de kurdes vivent en Iran. Lors d'un entretien téléphonique dimanche soir avec le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi, le président iranien Hassan Rohani a de nouveau apporté son soutien à Bagdad. "La République islamique d'Iran soutient totalement le gouvernement central irakien", a déclaré Hassan Rohani en soulignant l'opposition de Téhéran à toute action contraire à l'intégrité territoriale et à l'unité nationale de l'Irak, selon l'agence officielle Irna. L'Iran compte une importante minorité kurde évaluée à environ six millions de personnes, sur une population totale de 80 millions d'habitants.