Quelle stratégie internationale contre l'Etat islamique ?

  • A
  • A
Quelle stratégie internationale contre l'Etat islamique ?
François Hollande lors d'une précédente rencontre avec le Premier ministre Abadi (illustration)@ AFP/YOAN VALAT
Partagez sur :

Des pays membres de la coalition internationale engagée en Irak sont réunis à Paris mardi. Ils doivent discuter de la stratégie contre l'Etat islamique.

Comment les pays engagés en Irak et en Syrie doivent-ils s'y prendre contre l'organisation Etat islamique (EI) ? La stratégie à adopter est au centre d'une réunion organisée mardi à Paris. Selon le Quai d'Orsay, deux objectifs principaux sont en ligne de mire : "échanger sur la stratégie de la coalition" et "passer des messages forts sur la nécessité de parvenir à des solutions politiques durables pour résoudre la crise irakienne". Les pays de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis doivent y discuter de leurs objectifs et leurs moyens contre le groupe djihadiste, que les quelque 4.000 raids aériens en dix mois n'ont pas réussi à stopper. Europe 1 vous présente les grands points qui vont être discutés par les 24 participants à la réunion.

  • Ramadi, nerf de la guerre

Les plans irakiens pour la reconquête de cette ville, tombée aux mains de l'EI, seront au coeur des discussions, a affirmé lundi un responsable américain. "Il ne s'agit pas d'une réunion de routine", a déclaré ce responsable. "Nous venons pour discuter avec le Premier ministre Abadi de son plan pour libérer Ramadi et la province d'Anbar", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre irakien doit expliquer aux membres de la coalition ce que son gouvernement compte entreprendre pour reprendre la ville et la province d'Al-Anbar, et comment les partenaires internationaux peuvent lui venir en aide.

  • Les milices chiites observées attentivement

Irak milice chiite AFP 640

© AFP

Les Irakiens espèrent pouvoir mobiliser les tribus sunnites pour reconquérir la province d'Al-Anbar (à la frontière avec la Syrie dans l'Ouest), mais Bagdad doit également reprendre rapidement le contrôle des milices chiites qui ont pour l'heure assumé l'essentiel des combats pour contenir l'avancée de l'EI. Ce rôle des milices chiites - soutenues par l'Iran, absente de la réunion - inquiète Washington.

"Il est très important que toutes les forces soient soumises au commandement et au contrôle du gouvernement et du Premier ministre irakien. C'est un des éléments fondamentaux du plan", a souligné le responsable américain.

  • La formation de l'armée irakienne

Il sera aussi question de l'entraînement des troupes irakiennes par des membres de la coalition. Le responsable américain a affirmé que les troupes qui avaient abandonné Ramadi n'avaient pas été entraînées par la coalition. Une douzaine de membres de la coalition ont pour l'heure formé 7.000 militaires irakiens et 4.000 autres sont en cours de formation, selon le responsable.

  • Une aide pour la population

Le gouvernement irakien devrait aussi faire appel aux membres de la coalition pour créer un "fonds de stabilisation" qui servirait à lancer très rapidement des opérations de déminage et de reconstruction pour permettre aux habitants qui ont fui les combats de rentrer chez eux, a-t-il ajouté.

>> Réécoutez également l'interview du général Bosse sur la stratégie française en Irak :