Indonésie : l'attaque de Jakarta revendiquée par Daech

  • A
  • A
Indonésie : l'attaque de Jakarta revendiquée par Daech
Capture Google Maps@ AFP / MANAN VATSYAYANA
515 partages

Les assaillants se sont inspirés des attentats du 13 novembre de Paris en menant plusieurs attaques dans un quartier de la capitale fréquenté par les étrangers.

L'ESSENTIEL

La capitale indonésienne Jakarta a été le théâtre de plusieurs attentats suicides, jeudi matin. Deux civils ont été tués. Cinq terroristes sont morts.  

Les infos à retenir

  • Trois kamikazes se sont fait exploser.

  • Deux civils, un Canadien et un Indonésien, ont été tués.

  • L'organisation Etat islamique a revendiqué l'attaque.

Que s'est-il passé ? Jeudi matin, vers 10h30, heure locale (03h30 en France), des explosions ont été entendues dans un quartier du centre de Jakarta. Au moins deux kamikazes se sont vraisemblablement fait exploser. Ce quartier de la capitale indonésienne abrite les bureaux de plusieurs agences de l'ONU et des ambassades, notamment celle de France. Parmi les cinq assaillants figuraient trois kamikazes qui visaient initialement un café Starbucks en face du grand centre commercial Sarinah. Après la première explosion, deux extrémistes armés de pistolets ont pris deux hommes en otage : un Canadien et un Algérien.

Quel est le bilan ? Deux personnes ont été tuées : le Canadien retenu en otage - l'Algérien a réussi à prendre la fuite - et un Indonésien qui a essayé de porter secours aux deux otages. A La Haye, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders, a quant à lui fait savoir qu'un Néerlandais avait été grièvement blessé. Par ailleurs, les cinq assaillants, deux tireurs et trois kamikazes, sont également morts.

indonesie explosions jakarta 1280

Après les explosions, il y a eu des échanges de tirs. BAY ISMOYO / AFP


Quel est le contenu de la revendication ? Le groupe djihadiste Etat islamique a revendiqué l'attaque dans un communiqué en arabe, publié sur internet. L'EI affirme que plusieurs bombes "ont explosé concomitamment à des attaques par quatre soldats du califat avec des armes légères et des ceintures explosives". Le communiqué précise que les attaques ont visé un groupe de citoyens de la "coalition croisée", faisant référence à l'alliance anti-EI conduite par les États-unis. 

Un porte-parole de la police, Anton Charliyan, a relevé que les auteurs des violences avaient "suivi l'exemple des attentats de Paris". Des témoins ont raconté que les assaillants qui venaient du Starbucks avaient commencé à tirer sur des passants, rechargeant leur arme pendant que des forces de sécurité arrivaient sur les lieux.

L'Indonésie se préparait-elle à une attaque ? Oui, la police indonésienne était en alerte maximale pendant les fêtes de fin d'année, après avoir déjoué un attentat suicide projeté à Jakarta pour le Nouvel An par des extrémistes, dont certains sont soupçonnés d'être liés à l'organisation Etat islamique, selon la police. 

L'Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde, avait été précipitée dans sa propre "guerre contre le terrorisme" par les attentats de Bali en 2002 (202 morts). Mais l'archipel n'avait pas connu d'attentats majeurs depuis ceux qui ont fait neuf morts en juillet 2009 dans des hôtels de luxe à Jakarta.