Inde : les touristes fuient Darjeeling par crainte de violences

  • A
  • A
Inde : les touristes fuient Darjeeling par crainte de violences
Près de 70% des réservations touristiques ont été annulées. @ DIPTENDU DUTTA / AFP
Partagez sur :

7.000 touristes, paniqués par ce regain de tensions entre une ethnie d'origine népalaise et l'Etat du Bengale, ont d'ores et déjà quitté Darjeeling.

Des milliers de touristes fuyaient lundi la station de montagne de Darjeeling, dans le nord-est de l'Inde, craignant des violences en pleine vague d'agitation séparatiste.

7.000 touristes ont quitté les lieux. Des centaines de soldats et policiers patrouillaient les rues de cette ville pentue du Bengale occidental construite dans un paysage de plantations de thé tandis que des voyageurs pris de panique faisaient leur sac. "À la date de dimanche, 7.000 touristes avaient quitté Darjeeling", a déclaré Pradip Lama, responsable de l'association touristique des agents de voyage de Darjeeling. Près de 70% des réservations ont été annulées. 

L'enseignement de la langue bengalie au cœur des tensions. Les Gorkhas, une ethnie d'origine népalaise, font campagne depuis des décennies pour sortir la région de l'État du Bengale occidental et obtenir leur propre État au sein de l'Union indienne. La récente décision des autorités de rendre obligatoire l'enseignement de la langue bengalie dans les écoles de Darjeeling a relancé les tensions. Figure de proue du mouvement pour le Gorkhaland, le parti Gorkha Janmukti Morcha (GJM) a lancé une grève générale et conseillé aux visiteurs de quitter Darjeeling pour leur sécurité.

"Elle suppliait de nous laisser partir". Une touriste indienne a rapporté que des manifestants avaient pris à partie le véhicule de son groupe, demandant à connaître l'identité des gens à l'intérieur. "J'étais accrochée au bras de ma mère pendant qu'elle suppliait, les mains jointes, de nous laisser partir", a-t-elle raconté. Une protestation similaire en 2007 avait permis aux locaux d'obtenir davantage de pouvoir administratif. De nombreux groupes à travers toute l'Inde mènent de semblables campagnes pour obtenir leur propre État. Le dernier à avoir réussi avait permis la naissance de l'État du Telangana, issu de la scission de l'Andhra Pradesh en 2014.