Incendies, été indien, vents violents... quand l'ouragan Ophélia bouleverse notre météo

  • A
  • A
Incendies, été indien, vents violents... quand l'ouragan Ophélia bouleverse notre météo
Lundi, sur les côtes bretonnes, des vents de 80 km/h et une houle avec des creux de six mètres sont attendus. Image d'illustration. @ FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :

Si Ophélia va faire souffler des vents très forts en Irlande, la France, elle, a bénéficié d'une bel été indien grâce à cet ouragan. 

Lundi dernier, l'ouragan Ophélia, le plus important jamais enregistré dans l'est de l'océan Atlantique, a pris naissance à 1.200 km au sud-ouest des Açores. Après avoir touché les îles des Açores, il est passé à l'ouest du Portugal, puis, soufflera au large de la Bretagne lundi pour finir sa course en Irlande. Mais le passage de cet ouragan n'entraîne pas seulement des vents violents, il bouleverse aussi l'ensemble de la météo avec des conséquences parfois dramatiques. Tour d'horizon de la péninsule ibérique aux îles britanniques en passant par la France.

#Ophélia attise les incendies de la péninsule ibérique

440 départs de feu au Portugal dimanche. Les feux de forêt n'ont pas attendu Ophélia pour faire des ravages dans la péninsule ibérique. Au Portugal par exemple, près de 216.000 hectares de végétation sont déjà partis en fumée depuis début janvier. Mais après de terribles mois d'été, les incendies ont repris depuis ce week-end dans le pays avec pas moins de 440 départs de feu rien que pour la journée de dimanche. Vingt morts et 25 blessés sont à déplorer. En Espagne aussi, trois personnes ont péri en Galice.

por1

PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP


Cocktail sécheresse+chaleur+vents violents. Trois facteurs expliquent cette résurgence des feux de forêts : une sécheresse quasi continue depuis le début de l'année, des températures nettement au-dessus de la moyenne pour la saison et enfin, le passage au large de la péninsule ibérique d'Ophelia qui, par ses vents violents, nourrit les feux. L'ouragan, le quinzième de la saison cyclonique dans l'Atlantique nord selon Météo France, est passé dimanche après-midi à moins de 700 km des côtes portugaises. Une distance certes importante mais, depuis samedi, les vents de cet ouragan, classés en catégorie 3 (sur 5), ont été enregistrés à plus de 100 km/h, suffisant pour compliquer le travail des pompiers.

#Chaleur et soleil : la France dit "merci" à Ophélia

Avis aux marins bretons.  Si les îles des Açores et la péninsule ibérique ont eu à souffrir du passage d'Ophélia, ce n'est pas le cas de l'Hexagone. Météo-France l'indique bien sur son site : "Le territoire français sera à l’écart" de la trajectoire de l'ouragan.  Les vents violents vont certes continuer à sévir mais ce sera "bien au large de la pointe bretonne". Lundi soir, des rafales de l’ordre de 80 km/h sont attendues, ainsi qu'une houle avec des creux de 6 mètres près de la côte bretonne. Un "type de conditions" qui n’est "pas exceptionnel pour la région", précise Météo-France, et auquel les marins sont habitués.

Fin de l'été indien lundi soir. Par ailleurs, si la France bénéficie d'un été indien depuis vendredi, elle le doit en partie à Ophélia. L'ouragan, en se déplaçant, a fait remonter sur l'Europe de l'ouest une masse d'air chaud. Mais la poursuite de sa course vers les îles britanniques va mettre fin à cet épisode estival. A partir de mardi, le temps va redevenir de saison avec des températures en baisse de 5 degrés en moyenne et l'arrivée de plusieurs perturbations.

#L'Irlande se prépare à des vents très violents

La "pire tempête depuis 50 ans". Tout comme dans sept des neuf îles des Açores dimanche, l'"alerte rouge" a été déclenchée dans huit comtés de l'ouest de l'Irlande. Lorsqu'Ophélia y passera, les météorologues prévoient des vents allant de 130 à 150 km/h. Les risques d'inondations et de dégâts matériels sont aussi prévus. Il s'agit de "la pire tempête en Irlande depuis 50 ans", avançait lundi The Irish Times.

Ecoles fermées. Les coupures d'électricité ont débuté dès lundi matin touchant 5.000 abonnés, principalement dans les comtés de Cork et Kerry. L'aéroport de Kerry, qui a anticipé des perturbations, a fermé ses portes dès 9 heures, rapporte The Irish Times sur son Live, invitant les voyageurs à revenir mardi. Par ailleurs, tous les établissements scolaires ont gardé portes closes lundi matin. Le gouvernement a également déconseillé à la population de se déplacer en voiture le temps de l'alerte.

Et au Royaume-Uni ? Le reste de l'île d'Irlande est placé en "alerte orange" ou "jaune". Le Royaume-Uni, lui, doit s'attendre à des vents plus faibles (de 90 à 120 km/h, indique Météo-France) dans la nuit de lundi à mardi.