Hongrie : un élu antisémite se convertit au judaïsme

  • A
  • A
Hongrie : un élu antisémite se convertit au judaïsme
@ REUTERS
Partagez sur :

L’eurodéputé d’extrême-droite Csanad Szegedi s’est découvert des origines juives. Il a fini par se convertir.

L’INFO. Devant le Parlement européen, il avait dénoncé un budget qui "appauvrissait les Hongrois et enrichissait les juifs". Csanad Szegedi, 30 ans, était jusqu’à il y a peu une figure de l’extrême-droite hongroise. Élu eurodéputé en 2009, il ne faisait pas mystère de son antisémitisme. Mais en juin 2012, stupeur : il se découvre des origines juives. Depuis, sa vie a radicalement changé et l’ex-antisémite s’est même converti au judaïsme, raconte le quotidien israélien Haaretz.

Il accusait "l’intelligentsia juive". Csanad Szegedi, l’ex-étoile montante du parti Jobbik, s’était notamment illustré en arrivant à la session d’ouverture du Parlement européen avec l’uniforme noir de la Garde Hongroise, un groupe paramilitaire fondé par ses soins et depuis dissout. Ses déclarations sur "l’intelligentsia juive", qu’il accuse de nuire à la Hongrie, ne laissent en outre planer aucun doute sur son antisémitisme.

parti jobbik en hongrie, 460, REUTERS

Sa grand-mère, survivante d’Auschwitz. Alors forcément, quand il découvre subitement ses origines juives en 2012, il admet qu’"il va [lui] falloir un peu de temps pour digérer cette information". Sa grand-mère du côté maternel est en effet une survivante du camp de concentration d’Auschwitz et son grand-père paternel, également juif, a été interné dans un camp de travail. Des origines restées cachées, car les grands-parents de Csanad Szegedi craignaient un "nouvel Auschwitz".

"Le mieux, ce serait qu'on t'abatte". "Tout d’un coup, les personnes que je pensais être mes amis ont cessé de l’être", explique-t-il au journal allemand Die Welt. Au sein de son parti, dont il est le numéro 2, ses origines dérangent. "Le mieux, ce serait qu’on t’abatte et qu’ensuite tu puisses être enterré comme un pur Hongrois", lui a même lancé l’un de ses anciens amis. A un autre qui lui suggère de faire des excuses publiques, il répond : "attends, je suis censé m’excuser en public parce qu’une partie de ma famille a été tuée à Auschwitz ?".

Il fréquente la synagogue. Csanad Szegedi a fini par quitter le Jobbik. Il s’est converti au judaïsme et observe désormais le shabbat. L’ex-antisémite fréquente désormais la synagogue, étudie l’hébreu et fait même de son mieux pour respecter les 613 commandements du Talmud. Csanad Szegedi confie tout de même avoir un peu de mal à manger uniquement casher, car dans la gastronomie hongroise, "le porc et le salami" occupent une place importante. Idéologiquement, l’élu admet ses erreurs. "J’ai fait du mal à d’autres gens", confesse-t-il, ajoutant : "quand je disais du mal des juifs ou des gitans [sic], je faisais aussi du mal à des enfants qui n’avaient jamais rien fait de mal, dont les talents auraient pu se développer et dont j’ai bloqué le chemin".

sur le même sujet

RECIT - Antisémite, un député se découvre juif" url_id="242593">RECIT - Antisémite, un député se découvre juif
POLEMIQUE - Hongrie : hommage à un ancien allié à Hitler" url_id="242699">POLEMIQUE  - Hongrie : hommage à un ancien allié à Hitler
CHRONIQUE - L’épine dans le pied de l’Europe " url_id="131017">CHRONIQUE - L’épine dans le pied de l’Europe