Hillary Clinton appelle le monde à s'unir contre "l'idéologie djihadiste radicale"

  • A
  • A
Hillary Clinton appelle le monde à s'unir contre "l'idéologie djihadiste radicale"
@ FREDERIC J. BROWN / AFP
Partagez sur :

La candidate démocrate à la Maison Blanche a réagi aux attentats parisiens lors du débat des primaires de son parti pour la présidentielle. 

La candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton a appelé samedi lors d'un débat le monde à s'unir pour vaincre la menace djihadiste, affirmant que les prières ne suffiraient pas.

"Un groupe terroriste violent, barbare, sans pitié". "Nous devons être résolus pour unir le monde et détruire l'idéologie djihadiste radicale qui anime des organisations comme l'EI, un groupe terroriste violent, barbare, sans pitié", a déclaré Hillary Clinton au début du deuxième débat des primaires de son parti pour la présidentielle de 2016. Le président américain avait déclaré plus tôt que les attentats qui ont frappé la capitale française vendredi soir "ne sont pas seulement une attaque contre Paris", mais "une attaque contre toute l'humanité et nos valeurs universelles".

Un débat démocrate marqué par les attentats parisiens. Le deuxième débat des primaires démocrates aux Etats-Unis a commencé samedi par de longs échanges sur les attentats de Paris et la stratégie américaine en Syrie. "Nous ne sommes pas en guerre contre l'islam", a aussi dit Hillary Clinton, refusant comme le président Barack Obama d'utiliser la terminologie d'"islam radical" employée par les républicains aux Etats-Unis. "Nous sommes en guerre contre l'extrémisme violent, nous sommes en guerre contre ceux qui utilisent leur religion dans un but de pouvoir et d'oppression".

Le spectre de l'invasion américaine de l'Irak en 2003. Son principal rival, le "socialiste démocrate" Bernie Sanders, a répliqué que les Etats-Unis avaient une part de responsabilité dans la naissance de l'EI, à cause de l'invasion américaine de l'Irak en 2003. Une attaque directe contre Hillary Clinton qui avait voté pour autoriser le président George W. Bush à user de la force contre l'Irak de Saddam Hussein.