Haïti : la présidentielle reportée au 20 novembre et 29 janvier

  • A
  • A
Haïti : la présidentielle reportée au 20 novembre et 29 janvier
@ HECTOR RETAMAL / AFP
Partagez sur :

Après le passage de l'ouragan Matthew, les infrastructure nécessaires à la tenue du scrutin ont été balayées, obligeant à son report.

Les élections haïtiennes, dont les premiers tours en 2015 avaient été annulés, puis ont été de nouveau reportés ce mois-ci en raison de l'ouragan Matthew, se tiendront finalement les 20 novembre et 29 janvier, a annoncé vendredi le conseil électoral provisoire (CEP). Le premier tour de la présidentielle et des législatives se tiendra le 20 novembre et le second tour le 29 janvier 2017, a détaillé Léopold Berlanger, président du CEP, dix jours après le passage destructeur de Matthew qui a tué au moins 473 personnes et déclenché une nouvelle crise humanitaire dans le pays le plus pauvre de la Caraïbe.

1,4 millions de personnes dans l'urgence. Plus de 175.500 Haïtiens sinistrés sont encore aujourd'hui réfugiés dans des abris provisoires et au moins 1,4 million de personnes, sur une population nationale estimée à 10,3 millions, ont besoin d'une assistance d'urgence, a relevé lundi Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU. Toute la partie méridionale du pays a été noyée sous des pluies diluviennes et secouée par des vents très violents, pendant de longues heures. Matthew était alors en catégorie 4 sur l'échelle de Saffir-Simpson, avec des vents de 230 km/h.

Un suffrage universel. Face aux importantes destructions, le CEP se trouve aujourd'hui devant la difficulté de trouver, dans la moitié sud du pays, des sites capables de servir de centres de votes.  "Si le conseil a la responsabilité de faire les élections pour les citoyens du pays, il ne peut pas [...] faire des élections que là où il n'y a pas de problèmes", a expliqué Léopold Berlanger. "L'élection doit être faite pour tout le monde, surtout quand il s'agit d'une élection présidentielle", a-t-il précisé lors d'une conférence de presse.

Les infrastructures endommagées. "Dans les zones affectées, 30% de ces bâtiments (qui devaient être utilisés comme centre de vote) sont partiellement endommagés ou partiellement détruits et, dans certains cas, ils ne sont pas même accessibles", a annoncé Léopold Berlanger. "Des routes secondaires et tertiaires sont toujours endommagées, bloquées par l'eau ou les arbres tombés et ce sont des routes dont nous avons besoin pour amener le matériel électoral."