Grèce : les "pro euro" arrivent en tête

  • A
  • A
Grèce : les "pro euro" arrivent en tête
@ REUTERS
Partagez sur :

Les conservateurs sont en position de former une coalition gouvernementale avec les socialistes.

Ce sont finalement les conservateurs qui arrivent en tête du second round des élections législatives organisé dimanche en Grèce. Le parti Nouvelle Démocratie ne remporte pas la majorité absolue mais est en mesure, avec 29,5% des suffrages, de former un gouvernement avec le Pasok, le parti socialiste grec, si celui-ci l'accepte. Nouvelle Démocratie a trois jours pour tenter de former un cabinet.

"Le peuple grec a voté aujourd'hui pour rester dans la course européenne et rester dans la zone euro", a déclaré après la publication de ces premières estimations officielles Antonis Samaras, le leader de Nouvelle Démocratie, ajoutant : "nous appelons toutes les forces politiques partageant l'objectif de maintenir le pays dans l'euro (...) à participer à un gouvernement d'union nationale".

Le Pasok veut que Syriza participe au gouvernement

Le leader du Pasok n'a pas tardé à répondre, conditionnant dans un premier temps son soutien au gouvernement futur à la présence d'autres forces de gauche. Pour Evangélos Vénizélos, un "gouvernement de responsabilité nationale suppose la participation de plusieurs forces de gauche", dont la gauche radicale du Syriza. D'autres responsables ont ensuite indiqué qu'ils feraient part de leur décision lundi.

Quant à Alexis Tsipras, le leader de Syriza, il a reconnu sa défaite et décliné pour sa part l'appel de son rival. "Nous serons présents en tant qu'opposition, nous représentons la majorité du peuple contre le mémorandum", le plan de rigueur UE-FMI, a-t-il déclaré.

29,5% pour Nouvelle Démocratie

Nouvelle Démocratie remporte 29,5% des voix, ce qui lui assurerait 128 sièges sur les 300 du Parlement grec, contre 27,1% des voix pour Syriza (72 sièges).

Les socialistes du Pasok arrivent en troisième position avec 12,3% des voix (33 sièges), selon les résultats basés sur 18% des dépouillements annoncés par le ministère de l'Intérieur.

Aube dorée maintient son score

Selon le ministère de l'Intérieur, "sept partis seront représentés au Parlement, comme lors du précédent scrutin le 6 mai", à l'issue duquel aucun gouvernement de coalition n'avait pu être formé, contraignant le pays à retourner aux urnes. "Les deux premiers partis, la droite et Syriza ont renforcé leur score par rapport aux dernier scrutin", selon le ministère.

Le parti nationaliste populiste, Grecs indépendants, conserverait sa quatrième position avec 7,6% et 20 sièges (contre 10,6% et 33 sièges à l'issue du scrutin du 6 mai).

Quant au parti néonazi Aube dorée (Chryssi Avghi), il maintiendrait son score de 7% avec 18 sièges, alors que les communistes du KKE verraient le leur fondre de moitié, à 4,49%, soit 12 sièges.

L'Europe attentive à ces élections

Cette élection était surveillée de près par les partenaires européens de la Grèce et par les marchés financiers, qui craignaient une victoire de Syriza. La gauche radicale s’était en effet prononcée contre les mesures d’austérité exigées par Bruxelles, estimant qu’elles aggravent la situation du pays. Nouvelle Démocratie défendait au contraire le plan européen, réclamant simplement des délais supplémentaires.

Après l'annonce des premiers résultats, les déclarations se sont succédé. Les ministres des Finances de la zone euro ont dit attendre "la formation rapide d'un nouveau gouvernement grec qui mette en oeuvre le programme auquel la Grèce et la zone euro se sont engagées en début d'année".

Le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy a affirmé qu'il espérait que ces résultats permettraient la formation d'un gouvernement "rapidement", et a promis le soutien de l'Union à Athènes.

Berlin a souligné que si ces résultats provisoires se confirmaient, "le gouvernement fédéral allemand considérerait un tel résultat comme la décision des électeurs grecs de poursuivre la mise en oeuvre de réformes économiques et fiscales profondes dans le pays".

Washington a également félicité les Grecs pour ces résultats. "Comme l'ont dit le président (Barack) Obama et d'autres leaders mondiaux, nous pensons qu'il est de notre intérêt à tous que la Grèce reste dans la zone euro tout en respectant ses engagements sur les réformes," a déclaré le porte-parole de la Maison blanche, Jay Carney.