Google revoit sa confidentialité
© REUTERS

De nouvelles règles entrent en vigueur dans un mois pour les utilisateurs des services Google.

Le sujet est hautement sensible. Google a annoncé mardi une révision de sa politique de confidentialité et va désormais croiser les informations issues des différents comptes de ses utilisateurs sur les services Google, comme l’e-mail Gmail ou le réseau social Google +. Le but, selon le géant d’Internet : fournir des recherches plus personnalisées. Google se targue en effet de pouvoir "deviner ce à quoi vous pensez vraiment quand vous tapez ‘pomme’, ‘jaguar’ ou ‘rose’".

Le changement entre en vigueur le 1er mars, date à laquelle les utilisateurs devront accepter la nouvelle charte, mais on peut déjà avoir un aperçu sur la version internationale du moteur de recherche, note Ecrans.fr. En tapant une recherche, une ligne apparaît désormais au-dessus des résultats, proposant des "résultats personnalisés" listant des contenus partagés sur Google + par les contacts de l’utilisateur.

Des pubs plus personnalisées

Et le contenu des messages envoyés sur Gmail aura par exemple un impact sur les résultats d’une recherche sur le site de vidéos YouTube, qui appartient au groupe, souligne le Washington Post. Google va même plus loin : en croisant les données de l’agenda, la localisation et l’état du trafic, "nous pouvons vous prévenir que vous allez être en retard à un rendez-vous".

Google affirme qu’il n’entend pas revendre les informations de ses utilisateurs à des tiers et assure sur son blog officiel que "ces nouvelles règles reflètent nos efforts pour améliorer le confort d’utilisation". Mais pas seulement : les publicités proposées aux internautes seront elles aussi plus personnalisées. "Si vous n’êtes pas porté sur la gym, les publicités pour des cours de fitness ne vous seront pas très utiles", se justifie la firme de Mountain View.

Concurrencer Facebook

L’entreprise est dans le collimateur de l’autorité américaine de la concurrence, notamment en raison de la confidentialité sur Google Buzz, un service aujourd’hui fermé. D’après un accord conclu en mars, Google devait mettre en place un vaste programme d’amélioration de la confidentialité et des contrôles indépendants sont prévus sur les vingt prochaines années.

Google ne chercherait cependant pas seulement à se racheter une conduite. A première vue, cette révision semble simplifier la façon dont Google utilise ou non vos informations, note ainsi le site spécialisé ZDnet. Mais "quand on lit entre les lignes", on comprend que Google cherche en réalité à booster son service Google +, concurrent direct de Facebook, en en faisant le véritable "ciment" reliant tous ses services entre eux.